Les commerces de Koumac rouvrent petit à petit

coronavirus
commerces koumac
©Brigitte Whaap
Loin de Nouméa, à Koumac, des commerçants ont commencé à reprendre des activités depuis une semaine. Mais pour la poissonnerie comme pour le bar-restaurant, la baisse du chiffre d'affaires avec le confinement est conséquent.
Au village de Koumac, la poissonnerie a rouvert depuis une semaine, uniquement trois matinées. Elle se fournit auprès des pêcheurs du Nord, qui ont également dû arrêter leurs activités pendant les deux premières semaines du confinement. 

"Certains clients nous payent à un mois, donc du coup on n'avait plus de trésorerie pour pouvoir continuer, parce qu'on achète aussi du poisson aux pêcheurs du Nord et on n'avait plus de trésorerie pour pouvoir acheter le poisson donc on a préféré fermer le local dans un premier temps par sécurité, et puis on a prévenu nos pêcheurs qu'on arrêtait la pêche pour un certain temps" raconte Karil El'menaour, le gérant de la poissonnerie. 
 

Comment compenser les pertes ?

Ici, les pertes représentent entre 50 et 60% du chiffre d'affaires habituel. Mais leurs plus gros clients, à savoir les hôtels du Nord, n'achèteront plus autant de fruits de mer, faute d'activité pour eux aussi.
 

C'est vrai qu'il n'y avait plus du tout de commandes au niveau des hôtels. Maintenant, s'il y a certainement du tourisme local, ce ne sera pas suffisant je pense mais on s'adaptera selon l'évolution  - Karil El'menaour


Les gérants de la poissonnerie feront le nécessaire auprès de leurs banques comme de la province Nord, pour essayer de limiter les pertes.
 

Réouverture partielle pour certains

Si les restaurants ont l'autorisation de rouvrir, les bars eux, sont toujours soumis à la fermeture. Dans la commune, le restaurant-bar de Michel Tram n'a pu rouvrir que sa section "plats à emporter". 
 


On n'a pas beaucoup travaillé, seulement 30% je dirais. La semaine prochaine, on va rouvrir le restaurant mais pas le bar. Ce sera mieux qu'actuellement.    - Michel Tram, gérant de l'établissement


Le restaurant emploie quatre salariés et le gérant n'a pas attendu le versement du chômage partiel ; il a versé les salaires à ses employés et ce malgré une perte de plus de 50% de son chiffre d'affaires

Le reportage de Brigitte Whaap.
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live