Les difficultés de l’illettrisme en temps de Covid

éducation
Confinement et illettrisme 1
Les attestations de déplacement sont livrées pré-remplies et expliquées, aux stagiaires de l'école de la réussite. ©Christian Favennec / Nc la 1ere
Ils vivent la crise Covid dans une certaine anxiété. Les personnes illettrées peuvent être dans l’incompréhension, face aux consignes orales et surtout écrites. Les dispositifs d’accompagnement, sont pour l’heure stoppés et l’isolement, pas facile à vivre.

S’assurer que les élèves ne se sentent pas perdus, pendant cette période trouble, c’est le travail de Juanita Pavelli, référente du parcours Trempo-Ligne, à l’école de la réussite. Un programme, qui accompagne chaque année pendant huit mois, dix personnes éprouvant des difficultés à lire, écrire, compter et communiquer.

Attestations pré-remplies et expliquées

Premier exemple : l’attestation de déplacement, en temps de confinement. Pour une personne illettrée comme Guy, difficile de la remplir à moins d’être accompagné. C’est l’un des obstacles rencontré actuellement. 

"Il y a des termes avec les points presse, il peut y avoir des difficultés de compréhension dans les mots employés par les différentes interventions. Mon rôle, c’est de les rassurer et d’essayer d’avoir une meilleure représentation des mots, par rapport à ce qu’on leur demande de respecter pendant le confinement", poursuit Juanita Pavelli. 

Le contact est donc maintenu, et les documents nécessaires aux élèves sont apportés aux stagiaires de l’école de la réussite déjà remplis et expliqués, pour éviter le désagrément des amendes.

"J'ai envie de continuer à apprendre à lire et à compter"

Une aide bienvenue, pour rompre l’isolement. Mais la principale crainte de Guy, c’est que sa formation de lutte contre l’illettrisme s’arrête, au bout de trois mois. "J’ai envie de continuer à apprendre à lire et à compter. On ne se voit plus avec les camarades", regrette le stagiaire de l’école de la réussite.

"Pour l’instant, les indemnités sont maintenues par le gouvernement. On a reçu l’information jusqu’à fin septembre. Après, Quid de la suite? On ne sait pas combien de temps ça va durer, mais ça posera des difficultés", assure de son côté Nathalie Tirebaque, directrice de l'école de la réussite.

Des incertitudes sur l’avenir, pour des personnes qui au présent sont confrontées non seulement aux difficultés de compréhension, mais aussi de respect des gestes barrières, dans des habitations parfois sur-occupées. 

Le reportage de Martin Charmasson et Christian Favennec :

©nouvellecaledonie