nouvelle calédonie
info locale

Les loyalistes unissent leurs forces

référendum
Loyalistes 1
©Nc la 1ere
Les non-indépendantistes souhaitent se réunir en vue du référendum du 6 septembre 2020. Un appel à l’unité pour préparer la deuxième consultation référendaire avec un projet de société et une stratégie commune. 
Comme un défi lancé au FLNKS, le front loyaliste rassemble six mouvements politiques locaux, autour du drapeau tricolore. Les Républicains Calédoniens, le Mouvement Populaire calédonien, Générations NC, le Rassemblement LR, Tous Calédoniens et le Rassemblement National. « Ensemble on est plus fort », disent-ils et ils veulent faire campagne pour le non au deuxième référendum, avec un vrai projet de société. 

Une réunion afin de faire campagne nécessaire selon Nicolas Metzdorf, président de Générations NC. « L’idée c’est de travailler ensemble sur un projet que l’on pourrait porter auprès des calédoniens, un projet d’une Calédonie Française du XXIe siècle. Si on gagne ce deuxième référendum le plus largement possible, on va discuter sur la base de ce projet d’une Nouvelle-Calédonie française et pas sur la base du projet indépendantiste, c’est là toute la différence ».
 

Projet unitaire


Tous ambitionnent un non significatif dans les urnes le 6 septembre 2020, sans reproduire les erreurs de la première consultation de 2018. Un discours et des moyens communs pour une conquête de toutes les voix potentielles. Pour Sonia Backès, présidente des Républicains calédoniens, l’important est également de convaincre les abstentionnistes. « Au-delà de la question de quel projet pour l’avenir de la Nouvelle-Calédonie, il y a énormément de travail sur le terrain. On a 17 000 abstentionnistes dans le grand Nouméa qui sont des loyalistes et qui n'ont pas voté au premier référendum. On a besoin que tout le monde soit uni pour porter cette campagne, se répartir le travail et aller chercher les voix une par une, pour que le 7 septembre prochain, on se réveille avec la satisfaction du résultat ».
 
Loyalistes 2
©Nc la 1ere

Ils ont neuf mois pour travailler sur un projet unitaire. Certes, il y a aura les élections municipales en mars prochain, chaque formation y défendra ses propres intérêts. Mais pour le deuxième référendum, l’unité loyaliste doit cette fois demeurer indéfectible. En dépit des nombreuses précédentes tentatives assure Thierry Santa, président du Rassemblement LR. « La première différence fondamentale entre les tentatives précédentes et celle-ci, c’est peut-être davantage un intérêt électoral. Nous on est vraiment dans une perspective complètement déconnectée de nos petites différences de politique du quotidien des calédoniens, on se situe véritablement dans la perspective du deuxième référendum et uniquement dans cet objectif ». 

Approché, l’éveil Océanien réaffirme son souhait de laisser à ses électeurs, le choix du oui ou du non. La porte est également ouverte pour Calédonie Ensemble, qui s’exprimera prochainement. 

Le reportage d'Erik Dufour et Claude Lindor. 

 
Publicité