[MAJ] L'accusée encourt 30 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de Daniel Monteiro

justice
Monteiro
Les photos du visage de Daniel Monteiro sont affichées dans les écrans de la cour d’assises. ©NC1ère
Aux assises, l'accusée a été exclue ce matin de l'audience pendant la plaidoirerie de l'avocat de la partie civile. Le Ministère public a requis 30 ans de réclusion criminelle dont une peine de sûreté de 20 ans à l'encontre de Bianca Tein-Poawi.
Dés que Me Aguila entame sa plaidoierie, l’accusée se ferme. Les photos du visage de Daniel Monteiro sont affichées dans les écrans de la cour d’assises. Pour l’avocat de la famille du défunt, cette affaire est « un crime abominable qui n’a aucune circonstance atténuante.Bianca s’est exprimée auprès de tout le monde sauf devant la Cour » insiste l’avocat. L’accusée le fustige d’insultes et s’acharne sur le micro du box des accusés. Elle est exclue et n’assiste plus aux discussions.

« On a vu défiler à la barre des prostituées, des maquereaux et des personnes incarcérées. C’est le monde de Bianca pas celui de Daniel »

Le 28 juillet 2015, la femme de Daniel Monteiro l’attendait à leur domicile, ils étaient mariés depuis 20 ans. « Dire que c’est un cauchemar est un petit mot pour qualifier cette affaire» Me Aguila regrette également que Daniel Monteiro ait été présenté comme un potentiel client de prostituée. Aucun élément n’a été avancé pour le prouver. En revanche, de nombreux témoignages relient Bianca à un réseau de prostitution « on a vu défiler à la barre des prostituées, des maquereaux et des personnes incarcérées. C’est le monde de Bianca pas celui de Daniel » conclut l’avocat.

30 ans de réclusion requis 

De son coté l’avocate générale retient comme mobile principal le vol du véhicule de la victime. Le ministère public souligne « un mode opératoire et une signature qui interloque. Elle l’a violenté, dénudé puis ligoté avant de le regarder pendant plus de 10 minutes se noyer » Un mode opératoire dont l’accusée a déjà fait preuve dans le passé. Pour ces « violences planifiées, organisées n’hésitant pas à aller jusqu’à la mort » l’avocate générale a requis 30 ans de réclusion criminelle dont une peine de sûreté de 20 ans à l'encontre de Bianca Tein-Poawi. Le verdict sera rendu dans la nuit.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live