Maman d'un enfant prématuré : le combat pour la vie

santé
bébé prématuré
Chaque année, sur le territoire, 300 enfants naissent prématurés. ©Nathan Poaouteta / NC la 1 ère
En Nouvelle-Calédonie, 300 enfants naissent prématurés chaque année dont une soixantaine de grands prématurés c'est-à-dire qui naissent avant 6 mois de grossesse. A l'occasion de la fête des mères, coup de projecteur sur une réalité vécue par une famille.

Dans la vie, il y a des combats plus difficiles que d'autres. Etre maman d'un enfant né prématuré en est un.

Chaque fête des mères est un jour spécial en particulier pour Maude Bourdais, maman de Sacha et de Maïly. Son aînée est née avant terme, il y a 9 ans... Maïly est née à 33 semaines de grossesse et ne peser qu'1,3 kg pour 33 centimètres. Une prématurité moyenne mais les médecins diagnostiquent un retard de croissance intra-utérine sévère. 

"Etre maman, c'est un double métier, ce n'est pas toujours évident et en même temps, c'est le plus dur métier mais c'est le plus beau métier du monde aussi. J'ai mis six ans pour accepter la prématurité, pour Maïly, pour vraiment pouvoir faire le deuil de cette situation. " raconte Maude Bourdais.

maude et sa fille Maïly
Maude et sa fille, Maïly, 9 ans, née prématurée et aujourd'hui, en bonne santé ©Nathan Poaouteta / NC la 1 ère

Aujourd'hui, la jeune fille vit une existence presque normale avec les hormones de croissance, elle a gagné 22 cm en trois ans. Pour ses parents, voir Maïly grandir et s'épanouir est un vrai bonheur.

"En tant que couple, ça renforce parce que si on n'est pas prêt ça peut être tout l'inverse. Je ferais tout pour eux, c'est ma chair, il n'y a pas plus de mots que ça" explique le Cyril, le père.

Cela fait bien longtemps qu'il a sa propre signification de la fête des mères.

Pour moi, il n'y a pas qu'un jour dans l'année où il faut faire ce geste-là, c'est tous les jours qu'il faut essayer d'être présent, il faut essayer de faire du mieux que l'on peut.

Cyril, père de Sacha et Maïly

Le témoignage de la famille, par Thérèse Waïa et Nathan Poaouteta.

©nouvellecaledonie