Mayliss et Maimiti, le basket à quatre mains

portraits de sportifs
BASKET JUMELLES
©William Lecren
Mayliss et Maimiti Tétuanui commencent à jouer au basket à quatre ans, au Mont-Dore. Nées d’une famille adepte de basket-ball, les jumelles ne font pas exception. Agées de 14 ans, elles ont déjà porté le maillot de la sélection calédonienne de basket-ball U17 lors des Océania 2019. Portrait.
Sœurs jumelles, sœurs complices, Mayliss, 1m66, et Maimiti, 1m64, viennent d’avoir 14 ans. Elles découvrent le basket-ball dès l'âge de quatre ans à la salle omnisports Henri-Sérandour, à Boulari, dans le Mont-Dore Basket Club. Dans leur discipline, elles ont les mêmes capacités, la même envie, la même détermination. 
 

Deux sœurs connectées

Maimiti est surtout une meneuse, parmi les plus douées de sa génération, et Mayliss est réputée pour ses qualités de shooteuse extérieure. Les deux sœurs se complètent parfaitement. « En fait, on a le même jeu, du coup on sait ce qu'on doit faire en un regard. Si par exemple on doit couper, elle coupe, c'est direct dans l'action. On est connecté et ça nous fait plaisir d'être comme ça, raconte Mayliss Tétuanui. On a baigné dans le basket. Déjà parce que nos parents ont été à fond dedans. Notre mère a fait les sélections, notre père aussi. Jusqu'à aller en France. Il a été coach. Et nous on a envie de suivre leurs pas. Forcément, ça donne envie. Quand on allait aux entraînement avec eux, on était déjà en train de marquer avec le ballon. On avait envie de continuer plus grandes.»
 

En fait on a le même jeu, du coup on sait ce qu'on doit faire en un regard.
Mayliss Tétuanui

 

Intégrer un pôle espoirs

Mayliss et Maimiti ont un projet en commun. Elles veulent intégrer, l’année prochaine, un pôle espoirs de basket-ball qui va leur permettent de concilier pratique sportive intensive et études. « On est préparées parce qu'on veut partir. On a les capacités pour. Après, forcément, on sera triste, parce qu'il y a toute notre famille, tous nos amis ici. Si on n'y arrive pas et qu'on doit recommencer, ce n'est pas grave. On va évoluer, comme ça on va apprendre », ajoute Maimiti Tétuanui.
La tête sur les épaules, sérieuses et déterminées, les sœurs jumelles Tétuanui envisagent de devenir basketteuses professionnelles.

Le reportage de William Lecren :

Jumelles Basket

Les Outre-mer en continu
Accéder au live