publicité

Le MEDEF veut « passer du combat à la co-construction »

Le Medef a présenté ce jeudi matin sa feuille de route pour l’économie calédonienne. Une vision et des attentes pour relancer l’activité qu’il entend partager avec le nouveau gouvernement. 

© Nicolas Fasquel
© Nicolas Fasquel
  • Angélique Souche
  • Publié le , mis à jour le
Une nouvelle majorité, celle de l'Avenir en confiance, avec laquelle le MEDEF entretient pour l’heure de bons rapports et espère donc travailler de concert, pour répondre à l’urgence absolue du moment, à savoir la relance économique. Les symptômes de la crise s’aggravent selon le Medef : après l’investissement des entreprises, c’est la consommation des ménages – l’autre moteur de la croissance – qui montre des signes de faiblesse à en juger par exemple par le rendement décevant de la TGC au premier trimestre 2019 : -1,5 milliards de francs par rapport aux prévisions.

Pour Daniel Ochida, le président du MEDEF, il faut injecter de l’argent frais le plus vite possible, en contractant par exemple un emprunt auprès de l’Etat.

Daniel Ochida MEDEF

Mais pour que le remède soit efficace dans le temps, il faut l’accompagner de mesures structurelles. Et là, la demande des patrons est claire : faire de la Calédonie une économie pro-entreprise, et incitative. 
Ecoutez Divy Barta, le président de la commission fiscalité du Medef

Divy Barta Medef

Concrètement, le Medef entend soumettre quelques pistes au gouvernement : baisse de l’impôt sur les sociétés, crédit d’impôt en faveur de la  recherche et de l’innovation ou encore investissement dans les secteurs d’avenir tel que le renouvelable. Enfin, l’organisation patronale appelle de ses vœux à la création d’un véritable "observatoire statistique" indépendant et capable de mesurer l’impact des politiques publiques. 
Le reportage d'Angélique Souche et Nicolas Fasquel 
CONFERENCE MEDEF

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play