nouvelle calédonie
info locale

Les mélodies du ukulele charment les Calédoniens

musique
Initiation au ukulele
©Gaël Detcheverry
Si le ukulele est très présent en Polynésie, l’instrument devient de plus en plus populaire sur le Caillou. Chaque jeudi, Calédoniennes et Calédoniens se familiarisent avec les accords et la rythmique, grâce à Gérard Tavita alias "Gégé". 
Dans ce cours de ukulele pour débutants, l'ambiance est studieuse mais surtout très festive. Les novices du ukulele apprennent pendant une heure, à jongler entre les accords et la rythmique. Un exercice difficile, rapidement oublié lorsque les premières mélodies retentissent. 

« Le son est joli, en soirée on l’emmène, c’est pratique. Ça m’amuse, je trouve ça joyeux, c’est très festif. Ce n’est pas évident mais il faut s’entraîner au moins un petit quart d’heure, une demie-heure par jour et il y a du travail » confie Corinne.

« J’adore l’ambiance, c’est pour ça que je viens, ça me permet de m’améliorer, de m’entraîner et cette ambiance c’est plus que convivial, c’est familiale. Gégé est super sympathique il nous accorde du temps et des conseils, on ne peut pas trouver mieux » raconte Maggy.
 

Se rassembler autour de la musique

Chaque semaine, c’est Gérard alias Gégé qui « mène la bringue », comme il aime le dire. Dans cette boîte de nuit de Nouméa, les rendez-vous hebdomadaires gratuits attirent plus d’une quarantaine de personnes. Ici, des musiciens de tous âges et de toutes origines se retrouvent autour de ce petit instrument à cordes, grandement apprécié des îles du Pacifique Sud. 

« Il y a tellement de choses que l’on retrouve dans le ukulele. Le respect, la convivialité, le partage, l’amour de la musique, l’amour des gens tout simplement, c’est vraiment ce qui est recherché » raconte Gégé. 
 

Le ukulele dans les veines

La musique, Gégé est tombé dedans quand il était petit. Originaire de Teahupoo en Polynésie, à 47 ans, cet ancien animateur radio est aujourd’hui DJ et professeur de ukulele. 

« C’est le ukulele qui m’a trouvé. Quand on était gamin, nos parents chantaient des chansons guitare - ukulele, et nous on se glissait discrètement, on attrapait un uke qui traînait et puis on suivait les anciens et c’est comme ça que de fil en aiguille, on est arrivé à se débrouiller tout seul »

Le reportage de Lizzie Carboni et Gaël Detcheverry
©nouvellecaledonie

 
Publicité