nouvelle calédonie
info locale

La moitié de la Grande Terre en risque extrême d'incendie et le feu non domestique interdit partout

incendie
Feu de brousse OUégoa (24 août 2017)
De nombreux feux ont déjà sévi, en plein hiver austral et un peu partout en Calédonie. Comme ici fin août à Ouégoa. ©Jordy Dubois
Alors qu'une sécheresse déjà intense touche la Calédonie et que les incendies n'ont pas attendu la saison habituelle pour se multiplier, dix-sept communes de la Grande Terre sont placées en niveau de risque extrême. Ce qui entraîne l'interdiction totale de faire du feu, sauf pour la cuisine.
On n’a pas fini de parler de sécheresse, ni de feux de brousse. Météo France NC a placé la moitié des communes calédoniennes, dix-sept sur 33, en risque extrême d’incendie. Cette alerte maximale concerne Belep, Bourail, Canala, Farino, Hienghène, Houaïlou, Kaala-Gomen, Koné, Kouaoua, Koumac, Moindou, Pouébo, Pouembout, Poya, Sarraméa, Touho et Voh.

Carte du feu vendredi 16 septembre
La carte du risque feu en Nouvelle-Calédonie aujourd'hui, vendredi 16 septembre. ©Météo France NC

 

Seulement pour la cuisine

C'est-à-dire que presque toute la Grande Terre passe en niveau maximal de risque incendie à partir et au nord d'une ceinture Moindou-Canala. Or, à partir du moment où ne serait-ce qu'une commune est placée en risque «extrême», il est interdit de faire du feu sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie en dehors d’une utilisation domestique. Interdiction qui entre donc en vigueur aujourd'hui, par la même occasion.

Plus de barbecues

Rappelons qu'un feu domestique, c’est un feu de cuisine, à usage alimentaire, comme on en voit très souvent en tribu ou à l'extérieur des villes. Les barbecues, par contre, c'est terminé. Détails avec Danilo Guépy, le directeur adjoint de la Sécurité civile joint par Caroline Moureaux.

 

Attention aux forêts​

Il est aussi interdit de fréquenter les «massifs forestiers sensibles». Traduction : attention aux écosystèmes qui semblent desséchés, et donc susceptibles de prendre feu facilement. Par ailleurs, dans le cadre du dispositif Orsec feu de forêt, il est prévu de pré-positionner des moyens opérationnels et d’activer des patrouilles de surveillance.

Communiqué sur le risque feu du 16 septembre


Risque à la hausse lundi

Ce double déclenchement intervient alors que nous sommes entrés, le vendredi 15 septembre, dans la saison administrative des feux de brousse, «et considérant les risque importants d’incendies d’espaces naturels». La notion de «risque extrême» représente le niveau d’alerte maximal dans le dispositif Prévifeu de prévision des feux, traduit par des cartes de risque comme celle au-dessus.

Vent​

Dans le point publié samedi matin et visible sur le site de Météo France, les prévisionnistes dressent le contexte : «Fort à assez fort aujourd’hui, l’alizé est prévu de mollir temporairement dimanche, favorisant une baisse du risque incendie pour la fin du week-end. En revanche, lundi le vent fraîchit à nouveau, soufflant assez fort, voire fort sur le nord-ouest. Le risque sera en conséquence, souvent très élevé à extrême.»

Indice feu météo

En Nouvelle-Calédonie, ce risque feu de forêt est évalué à partir de ce qu’on appelle l’Indice feu météo. Il est calculé d’après une méthode canadienne qui se base sur la teneur en humidité des trois classes de combustibles forestiers, auquel on ajoute l’effet du vent sur le comportement du feu. 

Les incendies se multiplient

Alors que l'hiver austral battait encore son plein, les feux se sont multipliés, sur la Grande Terre. Exemple à Koné, comme le montre ce reportage de Jean-Noël Méro et Gilbert Assawa diffusé le soir du 15 septembre.
©nouvellecaledonie

 

Publicité