nouvelle calédonie
info locale

Mont-Dore. Le Pen bat Fillon de 132 voix

politique
Photo premier tour Mont-Dore (23 avril 2017) élection
Le matin du 23 avril au bureau de vote situé à la maternelle des Dauphins. ©NC1ère/Françoise Tromeur
Il est loin, le score de la droite et de Sarkozy au premier tour de 2012. Cette fois, le candidat des Républicains n'a convaincu que 32 % des électeurs mondoriens, qui ont placé un peu avant lui la leader du Front national.
Au Mont-Dore, seulement 132 bulletins séparent Marine Le Pen de François Fillon. Ce qui vaut à la candidate FN de se trouver en tête de la troisième commune calédonienne par la population. Elle s'y trouvait numéro 3 lors du premier tour 2012, avec 12 %. La voilà portée jusqu'à 33,43 % des suffrages, ce qui correspond à 3417 voix. 

Un Fillon bien faible

François Fillon a pour sa part convaincu 3285 électeurs (32,19 %), ce qui semble bien faible dans une municipalité censée être en partie acquise à la cause des Républicains. Un fief historique du RPCR. Une ville où Nicolas Sarkozy décrochait 58 % des suffrages dès le premier tour de la précédente présidentielle, et dont le maire Eric Gay fait lui-même partie des LR. Dans ce cas précis du Mont-Dore, le décompte par bureau sera intéressant, pour évaluer à quel point le scrutin a été influencé par les problèmes d'insécurité qui se sont multipliés sur l'axe routier principal depuis le mois d'octobre.

Macron en trois

Au Mont-Dore, le candidat placé en troisième position par les électeurs est Emmanuel Macron, à 11 %. Vient ensuite Jean-Luc Mélenchon, quatrième avec 9,2 %. 

Diagramme du Mont-Dore

Hamon sous la jauge

Il faut descendre en cinquième place pour trouver le repésentant officiel du Parti socialiste, Benoît Hamon, défendu par seulement 408 Mondoriens soit 4 % tout rond. Retour au premier tour de la présidentielle 2012 : François Hollande arrivait deuxième avec 15,38. Plus du triple de voix engrangées par son successeur, et la jauge habituelle des votes à gauche dans cette commune.

Les petits ont tous grandi

Quant aux "petits" candidats, ils améliorent tous leurs résultats. De beaucoup comme Nicolas Dupont-Aignant passant de 0,8 % à presque 3%, ou de peu. Et Jean Lassalle s'ajoute au paysage avec ses 71 soutiens mondoriens.