nouvelle calédonie
info locale

Neuf nouvelles espèces végétales découvertes par des chercheurs calédoniens

environnement
plantes ird
©Cédric Michaut
Au cours de l’année 2019, les chercheurs de l’IRD et de l’IAC ont identifié neuf nouvelles espèces de plantes jusque-là inconnues. Quelles sont ces espèces ? Pourquoi les biologistes les étudient-ils ?
Florilège de découverte dans l'herbier de l’IRD, qui conserve plus de 90 spécimens parfois uniques. Des chercheurs viennent de dresser un nouvel inventaire de la flore calédonienne avec neuf nouvelles espèces de plantes endémiques. Toutes sont décrites selon une nomenclature précise. 

« Ça peut être déjà par rapport à un caractère morphologique, c’est-à-dire si la plante a vraiment des très grandes feuilles et que c’est original, on va l’appeler grandifolia, qui en latin veut dire « grande feuille » » explique David Bruy, conservateur de l’herbier, à l'IRD de Nouvelle-Calédonie.

D’autres façons de nommer les plantes : lui donner le nom d’une personne inspirante ou un nom en rapport avec la localité où elle a été trouvée. 
 

Un inventaire pour protéger la biodiversité


Mélanésicom, Piconia ou Marsdénia font donc leur entrée dans l’inventaire des espèces végétales. Toutes les données récoltées permettront d’établir une liste rouge de la flore menacée sur le territoire.

« On transmet tous les résultats aux provinces, ce qui leur permet de mettre à jour les codes de l’environnement et de modifier les listes des espèces protégées. On transmet aussi toutes les données géographiques à l’Oeil, l'observatoire de l'environnement et à la direction de la sécurité civile, pour renforcer les plans de lutte contre les incendies sur le plan environnemental » indique Shankar Meyer, coordinateur de l’association Endemia NC. 

Les feux de brousse représentent la première menace de la flore calédonienne, devant l’activité minière et les espèces envahissantes.
Actuellement, près de 70% des espèces en danger sont touchées par les flammes. L’incendie de la montagne des Sources a d'ailleurs détruit toute la population d’une même espèce; cette dernière serait probablement éteinte aujourd’hui. 

En Nouvelle-Calédonie, 3400 espèces sont connues à ce jour alors qu’il en existerait deux ou trois fois plus; difficile de le savoir précisément.
La seule certitude : de nombreuses spécimens assoupis à l'herbier de l’IRD attendent d’être étudiés. 

Le reportage de Loreleï Aubry et Cédric Michaut.
©nouvellecaledonie