Nickel : Philippe Chalmin parle de Trafigura, de l’usine du Sud et de la Nouvelle-Calédonie

nickel
Emmanuel Macron colloque Cyclope Nickel
Emmanuel Macron et Philippe Chalmin au colloque Cyclope 2016 sur les matières premières à Paris. Le ministre de l'Economie et des Finances de l'époque confirmait un prêt de 200 millions d'euros à la SLN. ©Nordine Bensmail
Quarante de ses étudiants, en Master Affaires Internationales à Paris-Dauphine, se rendent chaque année pour quarante-huit heures de stage au siège de Trafigura à Genève. Dans le passé, jamais l’économiste français des matières premières n’aurait pu l’envisager. 
Au téléphone, il répond avec franchise aux questions d'Outre-mer 1ère. Trafigura, est-ce un financier rapace ? Philippe Chalmin, professeur d’histoire économique réfléchit brièvement, puis déclare, "peut-être moins que Glencore ou d'autres investisseurs".


Trafigura a changé

Puis il rappelle l’affaire qui l'a marqué. Celle du Probo Koala, un scandale environnemental impliquant le négociant suisse. Une affaire survenue en Côte d’Ivoire, c'était en septembre 2006. "J’ai tenu sur Trafigura des propos pires que ceux du FLNKS en Nouvelle-Calédonie, mais c’était il y a presque quinze ans. Aujourd’hui, dans l’univers des négociants en matières premières, le nouveau Trafigura a vraiment changé." Ainsi parle Philippe Chalmin, universitaire et spécialiste de l'histoire économique des matières premières.

 

Le cercle Cyclope

Philippe Chalmin a fait la notoriété internationale du cercle Cyclope qui rassemble les experts économiques des matières premières. La présentation annuelle du Cyclope permet une découverte des arcanes de l'économie mondiale. En 2016, Emmanuel Macron alors ministre de l'Economie et des Finances y avait fait une intervention remarquée pour réaffirmer le soutien de l'Etat à la SLN.


Développement durable et éthique sociétale

"Trafigura est devenu, l’une des boîtes de négoce les plus transparentes du secteur des matières premières, je ne dirais pas la même chose de Glencore. Les deux mille cadres dirigeants salariés de Trafigura ont adopté une charte de développement durable et éthique dans leur rapport d’activité annuel et ils sont quasiment les seuls à le faire " poursuit Philippe Chalmin. "Ils sont actionnaires de leur entreprise qui n'est pas côtée en Bourse, c'est aussi ce qui les a séduits dans la capitalisation du consortium calédonien Prony Resources".
 

Ils ont pêché, mais je suis un bon chrétien et je leur accorde le pardon

Philippe Chalmin, économiste et historien des matières premières


Le PDG de Vale-NC est «brillant»

Celui qui a l’oreille des milieux politiques et d’affaires en est convaincu, la Nouvelle-Calédonie a un créneau étroit mais réel pour sauver l’usine du Sud, et elle peut compter sur un homme : Antonin Beurrier, le PDG de Vale-NC. "Le personnage est étonnant, brillant, honnête et visionnaire. Son actionnariat salarié est une excellente idée, de même que l’implication majoritaire de la Nouvelle-Calédonie dans le consortium Prony Resources, c’est ce que je pense et c'est sans doute l'opinionion du directeur financier de Trafigura, qui va participer au séminaire de mes étudiants de Paris-Dauphine." 
 

Que pense Trafigura ?

Philippe Chalmin venait de terminer une discussion téléphonique avec Christophe Salmon. Quelle est l'opinion d'un des hauts dirigeants de Trafigura concernant la Nouvelle-Calédonie ? "Il pense, en résumé, que le potentiel de l’usine du Sud est prometteur, qu’ils sont actionnaires minoritaires et que cela leur va bien, du moment qu'ils peuvent faire leur métier de négociant". 

Et Philippe Chalmin de dire comment il perçoit le consortium Prony Resources : "c’est un deal gagnant-gagnant, pour la Nouvelle-Calédonie qui s’adosse à un négociant international qui va vendre son nickel et son cobalt au meilleur prix du marché, et pour Trafigura qui assurera, en accord avec Vale et ses partenaires de Prony Resources, la commercialisation du produit destiné aux batteries électriques".

N'en déplaise aux tenants des thèses conspirationnistes contre Trafigura ou Glencore, le rôle de l'offre et de la demande reste le dénominateur commun des négociants du nickel. "Hélas, conclut Philippe Chalmin, quand je vois la situation actuelle, il faut tout de même avoir le cœur bien accroché pour investir dans le bourbier calédonien, malgré tout, je garde espoir pour l'usine du Sud, ses salariés méritent de s'en sortir."


Cours du nickel au LME de Londres le 19/11/20 à 07:15 PM 15 762 dollars/t +0,06%
Les Outre-mer en continu
Accéder au live