publicité

Le nickel s’envole avant d’être mis sous pression

La catastrophe minière de Vale au Brésil a provoqué un examen de conscience des producteurs miniers les plus polluants. Le nickel s’est fait plus rare, les prix du métal ont grimpé, avant d’effacer leurs gains. Pourquoi ? Les exportations de la Chine ont fortement chuté...
 

Négociations discrètes autour du prix d'un contrat de nickel à Londres © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Négociations discrètes autour du prix d'un contrat de nickel à Londres
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le , mis à jour le
Le nickel, dont la Nouvelle-Calédonie est le 6eme producteur mondial, a été le meilleur élève des métaux industriels pendant les 3 premières séances de la semaine à la Bourse des métaux de Londres (LME). Le métal a atteint un maximum de 13.765 dollars la tonne, un niveau de prix jamais vu depuis le 18 août 2018.

Vendredi, de mauvaises statistiques économiques chinoise ont effacé les gains enregistrés en début de semaine. Le nickel est soumis à des vents contraires : un dollar fort et une baisse des exportations chinoises lui sont défavorables, à l’inverse, une offre inférieure à la demande et un déficit annoncé soutiennent les prix du métal.
 

La Chine toujours…

A Londres et à Shanghai, les analystes ont suivi la hausse du nickel. La baisse de la production du métal en Chine, et notamment dans la province autonome de Mongolie, a contribué au sentiment d'inquiétude sur les approvisionnements des aciéries chinoises. Des opérations de maintenance des usines métallurgiques ont entraîné une baisse de la production de fonte de nickel (NPI) a noté le négociant Marex Spectron. Pour ne rien arranger, une pénurie d’électricité a ralenti la production de nombreuses usines dans la province autonome de Mongolie.
 

L'offre a baissé

Mais ce qui a dominé l’actualité cette semaine, ce sont les questions environnementales. Elles sont revenues à l’agenda du marché des métaux de Londres. En Chine, toujours dans la province autonome de Mongolie-Intérieure, des sites industriels particulièrement polluants ont été fermés ces derniers jours. Ils appartiennent à Xinhai Technology, le plus important producteur chinois de fonte (NPI) avec 120.000 tonnes par an de nickel contenu. De plus en plus, la question semble être désormais « comment » extraire plus proprement les métaux industriels dont le nickel. Ce sujet, l'environnement, était au cœur des cessions du salon Mining Indaba, début février en Afrique du Sud.
 

Normes environnementales 

Sanford Bernstein, la principale société d’analyses nord-américaine du secteur, a estimé qu’un projet de nickel de Tshingshan en Indonésie nécessiterait plus de temps et d’investissements que prévu. De nouvelles normes, notamment pour la protection de l’environnement (en particulier après la catastrophe de Vale) devront être intégrées. C’est ainsi que le marché londonien du nickel (LME) attend confirmation d’une décision visant le producteur brésilien Vale. Une ordonnance judiciaire du 26 février impose au premier producteur mondial de nickel de se conformer à la réglementation environnementale pour l'exploitation de sa mine et de son usine de ferronickel d’Onça Puma (18.000 tonnes de nickel annuel contenu) dans l’état brésilien du Para près de la ville d’Ourilandia do Norte au Brésil. Le groupe brésilien, sous pression des autorités, va faire appel de la décision l’obligeant à arrêter sa production de nickel sur le site concerné, selon des informations de l’agence Bloomberg. Le PDG de Vale, Fabio Schvartsman, a présenté sa démission temporaire le 2 mars à la suite d'une recommandation en ce sens du parquet brésilien. Trois autres dirigeants de l'entreprise ont quitté leurs fonctions après la rupture en janvier d'un barrage de résidus miniers à Brumadinho au Brésil....
 

"La prise en compte, par les producteurs miniers, de nouvelles normes de protection de l’environnement contribuera au déficit mondial de nickel qui se creusera chaque année d’ici à 2025 au minimum"
Dee Perera, analyste de Marex Spectron au LME.
 


Douche froide

Le Nickel, qui avait atteint de nouveaux sommets depuis le début de l'année, s’est essoufflé jeudi soir avant de baisser plus fortement vendredi. De nouvelles statistiques ont indiqué que les exportations chinoises ont connu leur plus net recul en trois ans en février, suggérant que le ralentissement de l'économie chinoise va se poursuivre malgré une série de mesures de soutien prises par Pékin. Les exportations industrielles chinoises ont chuté de 21 % sur un an en février, soit leur plus fort déclin depuis février 2016, sous l'effet d'un ralentissement des nouvelles commandes dans un contexte de guerre commerciale entre Pékin et Washington.

Vendredi, le cours du nickel évoluait en légère baisse, sur la semaine, le métal enregistre une petite perte de -0,13 %. Il clôture à 13.172 dollars la tonne (5,97 $ par livre.)
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play