publicité

Nouméa : des compteurs électriques intelligents en test

Mieux gérer sa consommation d’énergie, c’est ce que propose EEC via ses compteurs dits " évolués " qui ont le vent en poupe en Europe. Le distributeur d’énergie a installé deux modèles pilotes dans deux quartiers de Nouméa. Une phase test qui pourrait être étendue. 
 

© La 1ère
© La 1ère
  • Malia Noukouan avec Loreleï Aubry
  • Publié le , mis à jour le
Les clients d'EEC peuvent désormais connaître, en temps réel, leur consommation d’énergie, mais aussi savoir quels appareils de la maison sont les plus énergivores ou encore effectuer un diagnostic à distance… Autant de nouveaux services rendus possible grâce à une interface disponible sur un smartphone ou un afficheur indépendant. Objectif affiché du distributeur : encourager les clients à ne plus être de simples consommateurs mais des "consom’acteurs de la transition énergétique". 
 


Dans le cadre de la mise en oeuvre du schéma de transition énergétique, pour pouvoir de plus en plus utiliser des énergies renouvelables, le compteur évolué est un des outils essentiels pour atteindre ces objectifs. 

- Philippe Mehrenberger, directeur général délégué d’EEC


Logicoop et Rivière-salée ont reçu les nouveaux appareils


Deux technologies différentes ont été installées à Nouméa : 65 modules par « courant porteur » à Logicoop et une vingtaine de modules « radio » à Rivière-Salée avec l’accord des clients. Coût estimé à terme, pour un compteur évolué : entre 4 et 10 000 francs pris en charge par EEC. 
 

Les compteurs sont désormais intégrés en concession donc ils font partis du réseau qui appartient à la commune. Le financement et l'investissement seraient donc réalisés par le distributeur qui, en contre partie, serait rémunéré de son investissement.

- Philippe Mehrenberger, directeur général délégué d’EEC

 

Une opération qui ne fait pas l'unanimité 


Ces compteurs intelligents, très répandus en Europe, sont pourtant critiqués en France. Le modèle Linky suscite de vifs débats en raison notamment de la surfaturation qu'il entraîne mais aussi et surtout des facteurs de risques pour la santé des habitants. Naturellement, ces craintes gagnent le Caillou, tant au niveau des données collectées que de l’impact des ondes sur les calédoniens. 
 


Les émissions sont beaucoup moins fortes que celles émises par les réseaux wifi que nous avons tous à la maison. Il n'y a pas de danger d'utilisation d'un compteur évolué, à ce jour. 

- Linh Tran, responsable du Pôle Transition énergétique chez EEC.


EEC fera un premier bilan d’ici six mois à un an. Si les résultats sont concluants, le dispositif pourrait être étendu, dans un premier temps, aux 45.000 clients de Nouméa. Un client dépense actuellement en moyenne 15.000 francs chaque mois. Un coût qui, selon EEC, pourrait diminuer grâce à cette nouvelle technologie.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play