Grand Nouméa : la fermeture de certains cimetières inquiète les familles en deuil à quelques jours de la Toussaint

coronavirus nouméa
Nouméa : la fermeture des cimetière inquiète les familles en deuil à quelques jours de la Toussaint
©William Lecren
À quelques jours de la fête des morts, est-il possible d’aller dans les cimetières pour entretenir les tombes et se recueillir ? Dans l'agglomération nouméenne, certains sont ouverts et d'autres, fermés. Laissant les familles seules face à leur deuil.

Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. A Dumbéa et au Mont-Dore, les cimetières municipaux sont ouverts au public. Mais à Nouméa, ils sont fermés durant le confinement.  et celui de Païta est clos du 25 octobre au 5 novembre inclus. Dans ces communes, même à l’occasion des fêtes chrétiennes, il n’est pas possible de se rendre sur les tombes de nos défunts.

"Les grilles sont fermées"

Quentin a fait bien des kilomètres pour fleurir une tombe au cimetière du 5e km.

Je suis surpris de voir que les grilles sont fermées (...) Je ne vois pas pourquoi on peut se rendre au restaurant et ne pas se rendre au cimetière. Je suis venu déposer des fleurs sur la tombe de la mère d’un ami à moi et je ne peux pas m’y rendre. Je remonte sur Touho.

Quentin, visiteur coupé dans son élan au 5e Km

 

Cimetière de Païta fermé avant et pendant la Toussaint, le 26 octobre.
Lu sur les grilles du cimetière de Païta, le 26 octobre. ©William Lecren / NC la 1ere

A Païta, quatrième ville de Calédonie, le cimetière municipal situé à la sortie du village était signalé fermé jusqu’au 5 novembre. “Nos défunts sont précieux, fermer le cimetière n’est pas forcément une bonne solution. (...) Je crains, lorsque tout ouvrira, une cohue", réagit une habitante. 

Ouverts dans certaines communes

En cette période de crise sanitaire, les cimetières restent ouverts sur les communes du Mont-Dore et de Dumbéa. Un soulagement pour Michel, un artisan peintre.

Je ne vois pas l'intérêt de le fermer, les personnes ne s’attroupent pas dans les cimetières, c’est un lieu de recueillement. Je travaille sur le cimetière de Dumbéa et les gens respectent les mesures sanitaires.

Michel, artisan peintre