Nouvelle étape dans le déconfinement

coronavirus
Population Nouméa
Durant cette période, les autorités vont travailler sur les outils de détection et de traitement rapides si un cas était avéré au sein de la population. A ce jour, la probabilité que le virus ne circule pas au sein de la population est de 99,3%.
 
Après ce premier jour de déconfinement assoupli, s’ouvre une période de six semaines. Une période pendant laquelle le gouvernement va construire un plan afin d’être prêt à réagir si un nouveau cas de Covid19 serait dépisté. Un plan dans lequel les tests qui se sont déjà effectués au Médipôle, à Koné, ou Koumac, seront généralisés. 

« Il faut les rendre possibles partout sur le territoire. Ne pas attendre trois ou quatre jours pour réaliser un test, ça c’est de la surveillance active. La réaction rapide c’est lorsqu’une personne est identifiée positive au Covid-19, il faut pouvoir la soustraire rapidement de son milieu pour pouvoir la traiter et éviter un cas de généralisation du virus », explique le Colonel Frédéric Marchi- Leccia, à la tête de la Sécurité Civile depuis le 4 mai.
 

Adaptation des capacités d’accueil des hôpitaux et de la clinique

Un arrêté a été pris ce mardi 5 mai par le gouvernement sur l'adaptation des capacités d’accueil des hôpitaux et de la clinique privée en cas de menace sanitaire grave générée par la pandémie de Covid-19.

 ► Le centre hospitalier territorial Gaston-Bourret
Le CHT est autorisé à exploiter, de manière graduée et progressive en fonction du rythme d’admission des patients affectés par le Covid-19 nécessitant une prise en charge hospitalière :
- jusqu’à 178 lits d’hospitalisation complète de médecine, en transformant notamment ses lits d’hospitalisation de chirurgie en lits de médecine,
- jusqu’à 49 lits de réanimation, notamment par la transformation de lits de surveillance continue et post interventionnelle.

 ► La clinique Ile Nou-Magnin
Elle est autorisée, de manière graduée et progressive en fonction du rythme d’admission des patients :
- à transformer des lits de surveillance continue en 10 lits de réanimation, en coopération avec le CHT,
- à transformer à capacité égale, tout ou partie de ses lits d’hospitalisation en lits d’hospitalisation complète de médecine.

 ► Le centre hospitalier spécialisé Albert-Bousquet
Le CHS est autorisé à ouvrir jusqu’à 20 lits d’hospitalisation complète de médecine polyvalente, destinés à la prise en charge gériatrique des patients.

  Le centre hospitalier du Nord 
Le CHN est autorisé :
- à transformer, à capacité égale, tout ou partie de ses lits d’hospitalisation en lits d’hospitalisation complète de médecine,
- à aménager jusqu’à 8 lits de surveillance continue, afin d’y accueillir des patients affectés par le Covid-19 ;
- à ouvrir jusqu’à 23 lits d’hospitalisation complète de médecine polyvalente sur son site de Koumac (hôpital Paula-Thavoavianon).
 

Vigilance 

L’élaboration de ce plan COVID va se faire en partenariat avec les différentes institutions et les acteurs sociaux-économique du pays. Il permettra d’avoir des procédures claires et rapides en cas d’infection dans la population. Pour autant, il faudra rester vigilant.
 


« La vigilance ne doit pas baisser, c‘est pour cela que l’on demande à l’ensemble de la population de respecter les consignes sanitaires, les gestes barrières et la distanciation sociale. Et il faudra que l’on fasse preuve de vigilance encore longtemps, il faudra vivre avec le coronavirus cela veut dire changer un certain nombre de nos habitudes ».


Les autorités conseillent donc à la population de continuer à se faire tester en cas de fièvre ou de toux. Dans les jours à venir, les calédoniens pourront avoir accès à un test quel que soit le lieu de résidence. 

Le reportage de Brigitte Whaap et de Nicolas Fasquel
©nouvellecaledonie