publicité

Nouvelle polémique sur le corps électoral provincial

Sur le plateau du JT de ce dimanche, Angélique Souche revient sur cette nouvelle polémique qui court sur le corps électoral provincial. Entretien:

© NC1ère
© NC1ère
  • Gwen Quéméner avec Angélique Souche
  • Publié le , mis à jour le

Le corps électoral provincial: Un feuilleton que l’on croyait quasiment terminé, ou pour le moins désamorcé après le Comité des signataires du 5 février dernier.
Le travail des commissions administratives qui avait abouti à la radiation de quelques 400 personnes à la fin du mois de mars n’a pas suscité de remous outre mesure. Sauf que, Angélique Souche, la dernière étape de la révision de cette liste spéciale provinciale, le recours en contentieux donne lieux à une nouvelle passe d’arme entre les partis non-indépendantistes et l’Etat...
 

Deux partis précisément, Le Rassemblement-Les Républicains et Calédonie Ensemble sont montés au créneau d’une même voix, pour dénoncer une erreur de l’Etat, lequel aurait transmis des informations confidentielles à la justice.
En effet, le juge de première instance a demandé au Haut-commissariat  la semaine dernière  de lui faire parvenir les décisions des commissions concernant les 585 personnes contre lesquelles l’Union Calédonienne a intenté un recours... Le Haut-commissariat s’est exécuté en transmettant les procès verbaux des dites commissions… et c’est là que nait la crispation. Le Rassemblement et Calédonie Ensemble estiment que certains de ces tableaux contiennent des informations confidentielles, qui pourraient être utilisées par le tribunal pour décider de la radiation de ces personnes.
Une démarche qu’ils dénoncent à double titre puisqu’en  matière électorale, c’est au plaignant et en l’occurrence au tiers électeur de l’UC d’apporter la preuve du bien fondé de sa demande de radiation.
Alors en face les services de l’Etat expliquent qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de se plier à la légalité Républicaine…que les informations transmises ne sont pas confidentielles … et enfin que ces procès verbaux ne constituent pas une preuve suffisante pour juger de la légitimité des électeurs ou non à figurer sur cette liste électorale spéciale.

  

Angélique, quelles peuvent être les conséquences politiques de cet épisode ?


Et bien cela dépendra de la nature des décisions qui seront rendues demain lundi et mardi. Si la justice prononce des radiations, cet épisode pourrait faire resurgir une opposition frontale entre l’Union Calédonienne et les partis non-indépendantistes…  car rappelons-le, les 585 personnes concernées par ces recours font partie des 1039 au cœur de l’Accord politique du 5 février dernier. Le consensus en prendrait donc un coup, de même que les relations entre l’Etat et les partis de Philippe Gomès et Pierre Frogier…
 
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play