nouvelle calédonie
info locale

La Nouvelle-Zélande protège son marché immobilier des appétits étrangers

océan pacifique
Auckland CBD
La city d'Auckland. ©Francisco Anzola
La Nouvelle-Zélande a voté une loi interdisant aux étrangers, à quelques exceptions près, d'acheter des propriétés résidentielles. Le but: lutter contre la flambée des prix de l'immobilier.
La loi votée mercredi soir était une promesse de campagne de la Première ministre travailliste. Jacinda Ardern s'était engagée, avant son élection l'année dernière, à rendre l'immobilier plus abordable pour ses concitoyens. «C’est une étape très importante qui prouve la détermination de ce gouvernement à permettre que davantage de Néozélandais puissent réaliser leur rêve de l'accès à la propriété», a déclaré le ministre du Développement économique, David Parker. Il a ajouté que cette réforme visait à «assurer que le marché pour nos maisons soit fixé en Nouvelle-Zélande et pas par les marchés internationaux».
 

Hausse de 30% en cinq ans

Dans un rapport, le gouvernement avait indiqué, il y a quelques mois, que les prix de l'immobilier résidentiel avaient augmenté de 30% en cinq ans. Une hausse deux fois supérieure à la croissance des salaires, et même quatre fois plus forte à Auckland. En conséquence, la proportion de propriétaires est au plus bas depuis soixante ans. 
 

Les investisseurs chinois pointés

Or, l’exécutif kiwi imputait cette situation à l'appétit immobilier grandissant d'investisseurs étrangers, au pouvoir d'achat supérieur à celui des Néozélandais. Il avait même identifié les investisseurs chinois comme étant les principaux responsables de la flambée des prix à Auckland.
 

Les Australiens pas concernés

La nouvelle législation aura pour conséquence d'interdire aux investisseurs vivant à l'étranger, notamment en Chine, d'acheter des résidences en Nouvelle-Zélande. En vertu d'un accord de libre-échange unissant leurs pays, les Australiens, qui constituent la deuxième population d'investisseurs étrangers, pourront continuer à acheter, de même que les habitants de Singapour. Et les Calédoniens?
Publicité