nouvelle calédonie
info locale

Les nouvelles mesures pour sauver le RUAMM permettront plus de 2 milliards d'économies

santé
ruamm mesures
©Patrick Nicar
Ce mardi après-midi, Thierry Santa, le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, a présenté les différentes mesures économiques adoptées par le gouvernement, qui permettront de pérenniser le régime d'assurance maladie-maternité (RUAMM) et de palier à son déficit structurel. 
Pallier un déficit structurel de plus de 33 milliards de francs et équilibrer les dépenses et les recettes du RUAMM : c’est le but que s’est fixé l’exécutif calédonien. Mardi après-midi, lors d’une conférence de presse au gouvernement, Thierry Santa, son président, et Valentine Eurisouké, membre du gouvernement en charge du plan Do Kamo, ont présenté de nombreuses mesures de redressement qui entreront en vigueur courant 2020 pour la plupart. Le gouvernement a examiné trois avant-projets et projets de loi du pays, et pris quatre arrêtés. 
 

Rationaliser les dépenses de santé 

Parmi les projets de délibération qui seront présentés au Congrès prochainement, le gouvernement propose de n’attribuer « aucune mesure nouvelle aux trois hôpitaux publics pour 2020 » et de fixer une baisse de 3% pour les trois centres publics. L’impact financier de cette mesure est évalué à 1,02 milliard de francs d’économie annuelle
 

Quatre arrêtés pris par le gouvernement 

-L’indemnité dite « majoration médecin référent », pour les patients en longue maladie, sera désormais plafonnée à 150 patients par médecin. Au-delà, le praticien ne touchera plus de majoration. L’impact financier de cette mesure s’élève à 110 millions de francs par an

- La cotation dite « Z5 » (radiographies intrabuccales) sera supprimée. Elle permettait aux professionnels de s’équiper en matériel de numérisation en parallèle du matériel de radiologie. Une mesure qui permettrait une économie de près de 30 millions de francs d’économie annuelle

- Les médicaments classés « à faible service médical » ne feront plus partis de la liste des médicaments à rembourser. L’économie annuelle s’élève à 90 millions de francs

-Les tarifs du centre de radiothérapie de Nouvelle-Calédonie seront revus à la baisse, ce qui représenterait une économie très importante de près de 300 millions de francs en 2020. 
 

Responsabiliser les patients au sauvetage du régime maladie-maternité


Autre proposition du gouvernement, qui doit elle passer devant le Congrès d’ici quelques mois : l’extension du ticket modérateur de 10% pour tous les patients, c’est-à-dire les personnes couvertes à titre individuel et volontaire. La mesure permettrait une économie de 248 millions de francs par an

Dans son intervention de mardi, Thierry Santa a également présenté une mesure concernant le transport en ambulance. Un projet de loi du pays qui permettra de réglementer, sécuriser et redéfinir les transports terrestres. Le remboursement sera désormais réservé aux personnes ayant perdu leur autonomie de déplacement. 

« Les mesures qui ont été adopté sont conformes à ce qui a été présenté au Congrés en décembre dernier où on avait listé un certain nombre de mesures d’économies de dépenses. Cela devrait permettre d’économiser plus de de 2 milliards de dépenses de santé pour les années à venir », explique Thierry Santa, le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.
 

Un prêt de 5 milliards pour le RUAMM


Autre volet du plan de redressement du RUAMM : un avant-projet de loi du pays doit être présenté au Congrès dans les prochains mois. Il vise à mettre en œuvre les 5 milliards de prêts des branches retraite et prestations familiales de la CAFAT, dont les réserves sont excédentaires, au bénéfice du régime unifié d’assurance maladie-maternité (RUAMM). Une requête qui avait été formulé par le président du gouvernement Thierry Santa, pour faire face au déficit de la branche. 

Le RUAMM devrait pouvoir rembourser ce prêt sur une durée de 3 ans, à partir de 2021, via la CCS, la contribution calédonienne de solidarité, soit un montant annuel d’environ 1,72 milliard de francs

« L’intérêt de ces 5 milliards de la CAFAT, qui est une mesure ponctuelle valable uniquement cette année, va nous permettre de nous donner le temps de prendre toutes les économies de dépenses, qui ne porteront leurs fruits que l’année prochaine », explique Thierry Santa.

Le reportage de Lizzie Carboni et Patrick Nicar :
©nouvellecaledonie

 
Publicité