Palika : « donner la possibilité aux candidats Uni d'accéder à la présidence »

gouvernement de nouvelle-calédonie
Louis Mapou

Alors que l'élection des membres du 17e gouvernement est prévue demain, mercredi, le Palika appelle à « une rupture au mode de gouvernance » afin « d'impulser les grandes réformes sociétales attendues par tous ». Le parti évoque également la possibilité qu'un candidat Uni accéde à la présidence.

Quelques heures après la publication officielle des quatre listes déposées par les groupes du Congrès, le Palika appelle à « une rupture avec le mode de gouvernance actuel et en vigueur depuis maintenant 22 ans, marquée notamment par un manque de solidarité et de collégialité. » 

De grandes réformes sociétales

Le parti politique estime que les citoyens calédoniens « ont besoin de se rassurer et d’être rassurés quant à la capacité de la Nouvelle-Calédonie à se prendre en charge, eu égard à son potentiel économique et humain. Pour cela, il est impératif d’impulser les grandes réformes sociétales attendues par tous dans le cadre d’une économie solidaire respectueuse de l’environnement.»

Une liste portée par Louis Mapou

La liste affirme qu'en donnant ce mercredi « la possibilité aux candidats UNI d’accéder à la présidence du prochain gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, les conseillers afficheront ainsi leur volonté de sortir du statu quo et du conservatisme ». Pour le parti, l’urgence est de sortir du « marasme économique et social actuel consécutif à l’immobilisme du gouvernement actuel, aggravé par la crise de la Covid-19 et de l’enlisement du conflit autour de la vente de l’usine du Sud. » Pour rappel, la liste Uni est portée par Louis Mapou, suivi de Yannick Slamet et Adolphe Digoué

Le communiqué du Palika :