Parcours d'un candidat : Bernard Deladrière

élections
bernard deladrière
Bernard Deladrière pour la 1ère circonscription
Il est le seul à avoir obtenu l’investiture des Républicains. Bernard Deladrière, diplomate et magistrat de formation, actuel membre du gouvernement, entre dans la bataille des législatives dans la première circonscription.

Son parcours

Bernard Deladrière est né en 1952 à Tunis. A l’issue d’une formation à l’institut d’études politiques de Lyon, il commence très jeune une carrière diplomatique, puis reprend les études à l’ENA. En 1982, il intègre la magistrature administrative, et arrive en Calédonie en janvier 85 en tant que commissaire du gouvernement auprès du tribunal administratif de Nouméa.

Août 89, Bernard Deladrière est nommé secrétaire général de la province Sud, puis directeur de cabinet de Jacques Lafleur en 95. Acteur de la négociation de l’accord de Nouméa, il est l'un des signataires pour le RPCR. Il a été conseiller municipal dans la capitale, puis au Mont-Dore. Membre de l’exécutif calédonien depuis 2009, il est chargé entre autres du suivi des transferts de compétence.

A 65 ans, Bernard Deladrière, un père et grand-père, est candidat des Républicains aux législatives dans la première circonscription. Il souhaite des états généraux sur l’avenir de la Calédonie. Son suppléant: Eugène Ukeiwé, 55 ans, originaire de Lifou. Leur message : travailler à une sortie apaisée de l’accord de Nouméa, pour un projet qui rassemble le plus grand nombre. 

Son projet

Bernard Deladrière était reçu en entretien par Nathalie Daly le 31 mai.

 

L’ensemble des candidats de la première circonscription
Sonia Backès (Les Républicains ensemble dans la France); Lina Balmelli (Front national) ; Bernard Deladrière (Le Rassemblement - Les Républicains) ; Alain Descombels (sans étiquette) ; Philippe Dunoyer (Calédonie Ensemble);  Philippe Gras (sans étiquette); Michel Hanocque (Union populaire républicaine); Louis Manta (La France insoumise); Germaine Nemia-Bishop (Rassemblement autochtone et souveraineté partagée); Charles Washetine (Union nationale pour l’indépendance) ; Macate Wenehoua (Union progressiste en Mélanésie) ; Gaël Yanno (Union pour la Calédonie dans la France).
Les Outre-mer en continu
Accéder au live