Parcours d'un candidat : Philippe Gras

élections
Philippe Gras
Philippe Gras, candidat pour la première circonscription ©NC 1ère
Philippe Gras est candidat sans étiquette dans la première circonscription. C'est son premier engagement politique. Voici son portrait et le projet qu'il porte. 

Son parcours

Philippe Gras a 59 ans, il est né le 31 mars 1958 et est père de quatre garçons.
A 19 ans Philippe Gras étudie à l’institut d’études Politiques de Paris, il est pendant ses études surveillant d’internat et durant les vacances d’été ouvrier d’usine.
Ancien officier militaire au 33ième Rima de 1981 à 1983,  il est médaillé d’or des Services Militaires Volontaires et médaillé de bronze de la Défense Nationale.
De retour dans la vie civile, il débute sa carrière en tant que courtier en métaux à Paris, puis multiplie des fonctions de cadre dans la finance.
En 1999 Philippe Gras s’installe en Nouvelle-Calédonie où il devient directeur régional Vie d’un grand groupe d’assurance.
Depuis avril 2003 il gère des sociétés de conseil en assurances et un cabinet de transaction immobilière. Le Chef d’entreprise occupe également plusieurs mandats, Il est membre du Medef, administrateur de la Cafat, président du syndicat des courtiers en assurance. Et membre fondateur de la commission pour l’emploi local.
Philippe Gras se lance pour la première fois en politique en candidat libre. Il  a pour suppléante Karen Lopez.
Son slogan de campagne « Pour une France forte et pacifiée, une Nouvelle-Calédonie prospère et sereine ».


Son projet

Philippe Gras était interrogé par Thérèse Waïa le 1er juin

 

L’ensemble des candidats de la première circonscription
Sonia Backès (Les Républicains ensemble dans la France); Lina Balmelli (Front national) ; Bernard Deladrière (Le Rassemblement - Les Républicains) ; Alain Descombels (sans étiquette) ; Philippe Dunoyer (Calédonie Ensemble);  Philippe Gras (sans étiquette); Michel Hanocque (Union populaire républicaine); Louis Manta (La France insoumise); Germaine Nemia-Bishop (Rassemblement autochtone et souveraineté partagée); Charles Washetine (Union nationale pour l’indépendance) ; Macate Wenehoua (Union progressiste en Mélanésie) ; Gaël Yanno (Union pour la Calédonie dans la France).
Les Outre-mer en continu
Accéder au live