En Nouvelle-Calédonie, la filière céréales se porte bien

agriculture
céréales NC
©Claude Lindor
Les rumeurs vont bon train surtout concernant l'alimentation. En cette période de confinement, de fermeture de frontières et d'embargo sur les exportations, le Caillou grand importateur était une cible désignée. Mais c'était sans compter sur nos entreprises prévoyantes.
Pénurie de céréales en Nouvelle-Calédonie ? La réponses est non. 


L'incertitude des prix pour la provenderie

provenderie
©Claude Lindor

À l'usine de St-Vincent, à la Tamoa, il faut jongler avec quelques 70 matières premières importées des quatre coins du globe et rien n’est simple. Les risques sont multiples : disponibilité, transport et bien sûr, fluctuation des prix.

" Pour l'instant, les prix pour certains produits, on avait signé des contrats donc les prix sont stables. Par contre, on sait que sur les acides aminés, les minéraux... il y a des tensions et donc les prix vont certainement augmenter mais pour l'instant c'est le flou total, aucun fournisseur ne veut s'engager sur du long terme parce que même eux, ils n'ont aucune vision des prix à venir " explique Jean-Louis Chotan, directeur de la provenderie de St-Vincent.
 

Des stocks solides pour l'élévage local

Il en va de la production de 20 000 tonnes d’aliments à destination de l’élevage calédonien. La seule pénurie, il y a quelques mois, était due à une récolte de maïs local insuffisante. Pour le reste, les stocks sont solides.
 

On est couverts pendant trois mois, entre le stock que l'on a sur site et le stock qui est sur bateau donc on n'a pas de problèmes en sachant que ça arrive régulièrement donc même si on a un retard sur un bateau, ça ne devrait pas poser de problèmes.  -   le directeur de la provenderie de St Vincent.


Aucun risque de pénurie pour le riz

Le riz est aujourd'hui une denrée sous tension. La faute au Vietnam qui a mis sa production de riz rond sous embargo. Du coup ce sont les cours qui trinquent.

riz st vincent
©Claude Lindor
"On parle d'une augmentation de 70%. Aujourd'hui, on est en train d'envisager des solutions avec du riz américain, du riz chinois ou du riz australien. On est sur des niveaux de prix qui sont beaucoup plus élevés que le riz vietnamien actuel " décrypte Anthony Moreau, Responsable de la rizerie de St Vincent

Heureusement, sur les 10.000 tonnes de riz importés, les deux tiers sont du riz jasmin, riz long grain produit en Thaïlande, qui échappe aux mesures d’embargo et de valse des prix. Le risque de pénurie lui est faible. Les stocks représentent un mois et demi de consommation.


La farine : sous contrat pour douze mois

farine nc
©Claude Lindor

Tout aussi sensible, le rayon minoterie soit la production de farine. 60% du marché calédonien passent par les moulins locaux. En tout, ce sont 10.000 tonnes de blé que l’on consomme chaque année. Cette céréale, aux cours capricieux, avait fait l’objet d’une stratégie audacieuse.
 

C'est un choix que l'on a fait cette année, on a eu du bol. On a pris des contrats sur douze mois qui sont renouvelables. L'année dernière, on avait pris sur six mois car on avait travaillé avec l'Europe mais cette année on a signé avec du blé d'Australie sur douze mois   -  indique Jean-François Saltel, responsable de la minoterie de St Vincent


Seul vrai talon d’Achille, le transport. Des compagnies maritimes ont modifié voir arrêté certaines de leurs lignes par manque de fret ou à cause de la fermeture de certains ports.

Le reportage de Bernard Lassauce et Claude Lindor.
©nouvellecaledonie