Pierre Maresca s’en est allé à l’âge de 79 ans

politique
L'invité. Pierre Maresca (13/09/13)
Pierre Maresca invité de NC 1ère ©Nouvelle-Calédonie 1ère
Un ardent défenseur de la Nouvelle-Calédonie française vient de disparaître avec Pierre Maresca, qui fut une personnalité politique élue dans les différentes institutions, sous la bannière du RPCR puis du Rassemblement.
Les condoléances et les hommages ont afflué dès lundi matin alors que le début de semaine était marqué par le décès de Pierre Maresca, disparu la nuit précédente des suites d'une longue maladie, à l’âge de 79 ans. Né à Alger en 1941, le jeune Pied-Noir était arrivé en 1963 sur le sol calédonien, quelques mois après la reconnaissance de l'indépendance algérienne.

Sa biographie par Sheïma Riahi :
©nouvellecaledonie
 

Membre historique du Rassemblement

En Nouvelle-Calédonie, l'homme a été fonctionnaire de police, puis journaliste. Membre historique du RPC, du RPCR et du Rassemblement, il aura occupé de nombreux postes, au sein de toutes les institutions.  

Adjoint de Jean Lèques à Nouméa

A l’échelle de la mairie de Nouméa, d’abord. Pierre Maresca entre au conseil municipal à l’époque de Roger Laroque, en 1977. En 1989, il devient l’adjoint de Jean Lèques, jusqu’en 1995, puis de nouveau de 2001 à 2008. Il est alors en charge de la solidarité et du contrat d’agglomération.
 

Matignon 

En parallèle, de 1979 à 1982, Pierre Maresca est élu au Conseil de gouvernement. Gouvernement dont il devient ministre de la santé et des affaires sociales de 1984 à 1985, sous la présidence de Dick Ukeiwé. Conseiller de la région Sud, il siège au Congrès de 1985 à 1988. Cette même année, il fait partie de la délégation du RPCR signataire des accords de Matignon-Oudinot.
 

Au gouvernement

L’élu non indépendantiste va présider la commission permanente du Congrès de 1988 à 1998, puis entre 2008 et 2009. Il siègera à l'assemblée de la province Sud entre 1989 et 2009, puis de nouveau en 2011. Il fera partie des gouvernements Lèques et Frogier entre 1999 et 2004, avec la charge du dialogue social, de la fonction publique, des transports aériens ou encore des communications. Des fonctions qui l’ont amené à présider différents conseils d’administration (CHT, OPT, Ifap ou encore bibliothèque Bernheim).
 

«L’un des meilleurs tribuns de ta génération»

«Tu étais sans aucun doute l’un des meilleurs tribuns de ta génération», salue l’actuelle présidente de la province Sud, Sonia Backès, qui ajoute : «Tu me disais toujours "la politique, c’est un sport individuel dans une équipe".» 

«Participé au développement»

«Pierre Maresca fait partie de ces Calédoniens d’adoption qui ont participé au développement de la Nouvelle-Calédonie française», écrit le Rassemblement, dont il a été un temps le secrétaire général. 

«Dialogue, écoute et convictions»

«La Nouvelle-Calédonie perd un grand homme au parcours exemplaire, engagé dans la construction d’un avenir serein au sein de la République», renchérit Thierry Santa, dirigeant du Rassemblement et président du gouvernement.
Gouvernement au nom duquel un communiqué a été diffusé, cet après-midi. «Homme de dialogue et d’écoute, orateur et écrivain de talent, Pierre Maresca était, en outre, un homme de convictions», formule-t-il. 

«Engagement»

Autre communiqué, celui du haut-commissariat, dans lequel Laurent Prévost «salue la mémoire de cet homme, très attaché aux valeurs de la République, qui manquera à la Nouvelle-Calédonie». En détaillant : «Au cours de plus de trente ans de mandats électifs, Pierre Maresca, journaliste, écrivain et historien aura marqué la vie politique locale par son engagement au service de ses concitoyens.» 

«Son dernier combat»

Un autre pied-noir (du Maroc) et homme politique calédonien, Pierre Bretegnier, évoque «la solution du double fédéralisme» qu'il partageait avec Pierre Maresca. Il est joint par Cédrick Wakahugnème.

Pierre Bretegnier sur Pierre Maresca


Harold Martin parle de son rôle «en coulisses» des accords. Il est lui aussi interrogé par Cédrick Wakahugnème.

Harold Martin sur Pierre Maresca

 

«Destin commun»

Pour les indépendantistes, Pierre Maresca reste un adversaire redouté et redoutable, avec la volonté de promouvoir le destin commun. C’est le sentiment qu'exprime Roch Wamytan. «J'ai le souvenir de […] quelqu'un qui a toujours défendu les accords de Matignon et les accords de Nouméa», retient le président du Congrès. «J'ai compris que Pierre Maresca s'était vraiment lancé corps et âme dans ce projet de destin commun avec les autres. Mais pour lui, le destin commun, c'était dans la France.»
Sa réaction au micro de Cédrick Wakahugnème : 

Roch Wamytan sur Pierre Maresca

 

Légion d'honneur

Dominique Bussereau, ancien ministre et secrétaire d'Etat de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, avait remis à Pierre Maresca l'insigne de chevalier de la Légion d'honneur. Il évoque «l’un des plus brillants défenseurs de la Nouvelle-Caledonie et de la France»  


Chroniqueur et auteur

Vendredi dernier encore, le «billet amer» de Pierre Maresca était publié dans les pages nationales des Nouvelles calédoniennes. L’homme a rédigé des ouvrages (Les nuits du bagne calédonien, L'exception calédonienne). Il a participé à l'écriture du monumental Mémorial calédonien. Marié à Marylin Arnould, père de trois enfants, passionné de foot, il était officier de l'ordre du Mérite. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live