nouvelle calédonie
info locale

Vers un premier accord commercial entre la Nouvelle Calédonie et le Vanuatu

commerce
Sommet économique Vanuatu NC
©Patrick Nicar
Le premier sommet économique entre les deux pays s'est tenu ce mercredi à la Communauté du Pacifique à Nouméa. Ils ont signé une déclaration conjointe pour faciliter et développer des échanges économiques et commerciaux.
[MISE A JOUR 15/02/19]
Le gouvernement a signé son premier projet d’accord commercial avec le Vanuatu hier à Nouméa lors de ce premier sommet économique entre les deux pays. Un accord bilatéral permettant la fluidité d'échanges économiques et commerciaux entre les deux archipels. 
Une coopération économique qui passe par l'établissement d'une liste provisoire de produits exportables ou encore d'échanges de services.

Une quarantaine de produits concernés par pays

Dans la corbeille du projet d’accord commercial, une liste des produits que chacun des partenaires s’engage à exporter et exempts de droits de douane. Il s’agit d’une quarantaine de produits pour chaque pays. Nos voisins nous vendront par exemple de la fève de cacao, des arachides, du kava ou encore des agrumes. La Nouvelle-Calédonie, elle, pourra vendre au Vanuatu non seulement des produits de l’industrie agro-alimentaire comme du saucisson mais aussi dans le domaine des biens de l’équipement, du ciment et plus largement des matériaux de construction. 
Découvrez ci-dessous la liste des produits concernés par l'accord : 

Pour le Vanuatu cet accord marque le souhait de travailler et d'échanger avec la Nouvelle Calédonie, Charlot Salwai premier ministre du Vanuatu. 
Sommet économique Vanuatu NC
©Patrick Nicar


Etendre le marché économique

Cet accord ouvre un marché de 560 000 habitants. Les discussions menées depuis 2017 dans le cadre de la libéralisation des échanges se sont focalisés sur les barrières juridiques, fiscales et phytosanitaires, autrement dit, pour les deux parties, comment jouer la carte gagnant-gagnant.
Philippe Germain président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie explique les principaux enjeux de ce nouvel accord. 

La liste de produits visés par l’accord est appelée à évoluer, en concertation notamment avec le secteur privé. Quoiqu’il en soit, le texte signé constitue un enjeu stratégique majeur : le Vanuatu a affirmé son soutien à ce que la Nouvelle-Calédonie intègre le groupe du Fer de lance, organisme qui regroupe les pays de la Mélanésie et qui représente un marché de sept millions d’habitants environ. 
 

Une signature prévue en septembre

Le projet de texte de cet accord, annexé à la déclaration, constituera la base d'une future négociation. Il fera l'objet, dans les meilleurs délais, d'une saisine du Congrès visant à habiliter le président du gouvernement à le négocier. L’accord commercial proprement dit devrait être signé en septembre prochain. 
La Nouvelle-Calédonie et le Vanuatu ont également réaffirmé leur coopération en matière d’éducation et d’enseignement supérieur, de santé, de francophonie, ou de culture. En matière de desserte aérienne, un accord doit être négocié les 14 et 15 mars prochain entre les deux pays. 

Le reportage de Thérèse Waïa et Patrick Nicar. 
©nouvellecaledonie

Découvrez ci-dessous le projet d’accord :  
Charlot Salwai, le premier ministre du Vanuatu, était ce 14 février l'invité du journal télévisé de Steeven Gnipate. 
©nouvellecaledonie
Publicité