Premier vol, pour les Calédoniens à ramener de Métropole

transports
Premier rapatriement de Calédoniens depuis la Métropole, départ de Roissy, 16 avril 2020
Le premier vol est parti de Paris jeudi après-midi, heure de Métropole. ©Théo Mathelon
Chaque vendredi à compter d’aujourd’hui, un vol atterrira en Nouvelle-Calédonie avec à son bord des résidents qui étaient bloqués en Métropole. Le premier avion a décollé jeudi après-midi, heure de Paris. Au soulagement des quelque 130 passagers à bord. 
Le contact avec le plancher des vaches calédonien aura quelque chose de spécial, pour ces résidents qui attendaient de rentrer depuis parfois un mois. Même s’ils embarqueront aussitôt dans un bus afin de rejoindre leur quatorzaine en hôtel. Environ 130 personnes ont embarqué à Roissy jeudi après-midi, heure de Paris, pour le premier vol de rapatriement en provenance de la Métropole, via le Japon. Au départ de France, c’était le soulagement qui dominait.
Ecoutez ce micro-trottoir réalisé par La 1ere :

Rapatriés au départ de paris

 

Bloquée en Evasan

«Ça va faire deux mois et demi qu'on est ici, j'étais venue pour une Evasan», relate la première, qui aura passé trois semaines en Métropole, pour cause d’annulation des vols après la fermeture de Tontouta aux arrivées. «Le fait de retourner au pays, c'est un grand soulagement. Je crois que c'est à Nouméa que ça va être le plus difficile parce qu'on va être confinés dans les hôtels, ajoute-t-elle. Je ne sais pas trop comment ça va se passer, en Calédonie. Le confinement, ça commence à peser.»
 
Premier rapatriement de Calédoniens depuis la Métropole, départ de Roissu, 16 avril 2020
©Théo Mathelon
 

Personnel médical

Cette autre passagère interrogée fait partie des premiers retours de par son métier, nécessaire à la gestion de la crise sanitaire sur le Caillou. «Je suis professionnelle de santé, indique-t-elle. J'ai des impératifs professionnels. Du coup, j'avais beaucoup de stress par rapport à ça. Aujourd'hui, je suis soulagée de rentrer chez moi.»
 

Des masques offerts à la Maison de la Nouvelle-Calédonie

Les passagers de ce voyage ont été hébergés et pris en charge dans un hôtel la veille du départ, selon l’un d’entre eux. La Maison de la Nouvelle-Calédonie, qui évoquait un total de 600 Calédoniens bloqués dans l’Hexagone, a détaillé l’une des contraintes à ce retour : «le port d’un masque à renouveler toutes les six heures». Des «masques médicaux» extraits d’un don de vingt mille, par une Métropolitaine investie dans l’humanitaire.
 
Premier rapatriement de Calédoniens depuis la Métropole, départ de Roissy, 16 avril 2020
L'avion qui s'apprête à transporter les passagers de Paris à Tokyo. ©Théo Mathelon
 

Ne pas aller accueillir ses proches

Rappelons que les retours depuis Paris ont été décalés au-delà du 14 avril, afin de laisser passer un éventuel pic d’épidémie dans l’Hexagone. Une arrivée a été annoncé chaque vendredi, puis une autre le mercredi à compter du 29 avril. Un trajet apparaît également mardi 21 avril, toujours depuis Paris. Demain, samedi, c’est de Sydney qu’un avion ramènera des Calédoniens, bloqués en Australie. Attention, il est demandé de ne pas se déplacer à l'aéroport pour y accueillir ses proches, les contacts ne sont pas autorisés.

Infos pratiques à propos de ces vols sur le site du gouvernement ou celui d’Arcalin.

Le reportage de la 1ere :
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live