De la prison ferme pour les incendiaires de Bangou

justice
En octobre 2017, un important incendie s'était déclaré sur la commune de Païta.
Dans le contexte de sécheresse, la Calédonie a subi en 2017 de nombreux feux de brousse, ici à Païta. ©NC la 1ère / Sylvie Hmeun
Les 3 pyromanes de Païta étaient jugés ce vendredi matin au tribunal, pour destruction du bien d’autrui par un moyen dangereux, dans la nuit du 17 au 18 octobre 2017 à Bangou. Ils ont été reconnus coupables d’avoir volontairement mis le feu à trois endroits différents. 
1 an et 2 ans de prison ferme, c’est la peine prononcée à l’encontre  des 3  prévenus, l’un âgé de 23 ans,  les deux autres de 26 ans.
Un seul reconnaît avoir allumé deux feux sur les trois foyers, les deux autres nient avoir participé malgré leur présence sur les lieux.
Le premier feu est parti de l’entrée de Bangou près de la guérite et les deux autres un peu plus loin.

Mettre le feu « pour faire des trucs »

Quand la présidente du tribunal  pose la question : « pourquoi avez-vous mis le feu ? », le jeune répond en riant « pour faire des trucs ».
Ces jeunes confirment avoir bu plus que d’habitude et que de raison, mais la mémoire leur fait défaut pour certains moments de la soirée.
Un des prévenus était sous contrôle judiciaire au moment des faits, il était même interdit de séjour à Bangou.
Le tribunal a été plus sévère que les réquisitions du ministère public, faisant seulement preuve d’une clémence relative pour le seul qui a plaidé coupable puisqu’il se voit condamné à 12 mois d’emprisonnement, le double pour ses comparses.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live