publicité

Les commerces asphyxiés par le contrôle des marges

Les commerçants des îles Loyauté se sont constitués en collectif pour dénoncer les effets de la TGC. Un cahier de doléances a été remis ce mercredi aux différentes autorités de la mairie de lifou, de la province et du haut-commissariat. 

  • Philippe Kuntzmann (N.G)
  • Publié le
A Lifou, le collectif des commerçants tire la sonnette d'alarme. 6 mois après sa mise en application, le contrôle des marges met en péril les petits commerces et leurs salariés. Ils font vivre des dizaines de foyers et alimentent les tribus les plus éloignées: les petits commerçants se plaignent des effets de la TGC et plus précisément de l'encadrement des marges. Certains ont dû licencier du personnel.
 

« Il faut que l'on puisse en fin de mois payer nos charges. Nos magasins répondent aux normes, nous avons fait de gros investissements dans ce sens, mais avec l’encadrement des marges, on craint la fermeture.»
Jimmy Laen, commerçant


Le collectif des commerçants s'est rendu à la mairie de Lifou, au siège de la province et à la subdivision du haut-commissariat afin d'y déposer un cahier de doléances.
 

« Les petits commerces qui sont moins structurés que nous, qui ne sont pas dotés de logiciel, sont des bombes à retardement. Ils vont couler. Il faut aujourd’hui, libérer l’encadrement.
On a 70% des produits qui sont encadrés et ce n’est plus vivable.»
Jean-Marc Espalieu, commerçant


Le reportage de Philippe Kuntzmann
LIFOU : la grogne des commerçants
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play