Une opération de stérilisation des animaux à Ouvéa

animaux ouvéa
Animaux ouvéa
©Laura Schintu / NC La 1ère
Afin d'éviter une surpopulation et ses conséquences, une vaste campagne de stérilisation des animaux de compagnie avait lieu à Ouvéa. 
 
Durant cinq jours, ils n'ont pas compté leur temps. Les vétérinaires et bénévoles, installés à la maison des femmes de Mouli, ont travaillé sans relâche pour opérer gratuitement chiens et chats, mâles et femelles. 
 

Système D


Dans l'hôpital de campagne improvisé qui abrite cette campagne de stérilisation, point de bloc opératoire stérile. Il faut composer avec les contraintes. "Ici c'est très différend de ce qu'on fait à Nouméa. Mais c'est aussi très gratifiant. Il faut vraiment faire un effort sur soi pour s'adapter. Faut vraiment tout amener, y compris l'eau pour se laver les mains, la rallonge, la table. absolument tout... même les papiers journaux." explique le docteur Guy Kane, vétérinaire bénévole.
 
Animaux ouvéa
©Laura Schintu / NC La 1ère

Une centaine d'animaux stérilisés sur l'atoll 


Des chats et chiens, mâles et femelles de tous âges, sont opérés. En début d'année à l'île des Pins, 84 animaux ont été stérilisés . Selon l'association Bien Naître Animal, cela représente 1000 naissances indésirables évitées. Sur Ouvéa, ils sont 116 animaux a être désormais à l'abris de toute reproduction sauvage mais aussi d'une éventuelle campagne d'abattage massives à coup de fusils. 
 

Des hommes réticents à voir leurs animaux mâles castrés 


Selon les bénévoles, beaucoup d'hommes ont du mal à se laisser convaincre de stéréliser leurs animaux mâles. Un problème pour les équipes médicales qui doivent alors faire preuve de patience et de pédagogie  pour faire comprendre l'utilité de la méthode et rappeler que la maîtrise des populations d'animaux errants est un enjeu majeur. 

"C'est un peu comme si on les stérilisait, eux. C'est pas simple pour eux d'accepter la castration de leur chien mâle; Pour les femelles, en revanche, ça passe mieux car ils ont l'impression que ce sont elles qui sont à l'origine de la surpopulation, étant donné que c'est la femelle qui met bas... Pourtant le mâle contribue aussi à cette situation!" ironise Delphine Aurélie, membre de l'association Bien Naître Animal. 

Tous les animaux stérilisés lors de ce programme ont été identifiés, tatoués et enregistrés dans le fichier central. S'ils devaient être retrouvés errant un jour, un simple appel à un vétérinaire de Nouméa permettrait de retrouver leur famille. 

Le reportage de Gwen Quéméner et Laura Schintu diffusé dans le JT de 19h30 ce vendredi 2 novembre 2018 : 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live