Covid-19 : les grandes chefferies de Lifou abrogent les tests de dépistage pour voyager à Drehu

coronavirus lifou
Betico 2
©Claude Lindor / Nc la 1ere
Les tests de dépistage ne sont plus obligatoires pour se rendre à Lifou ont décidé, ce mercredi 2 février, les trois grandes chefferies de l'île. Le pass sanitaire valide doit, par contre, toujours être présenté pour voyager en bateau ou en avion. Explications.

La réponse coutumière à la fin de la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19, mardi 1er février, ne s’est pas fait attendre, à Lifou. Les trois grandes chefferies de l’île ont décidé, mercredi 2 février, que les passagers de et à destination de Drehu n'auraient plus de test de dépistage antigénique ou PCR négatif à présenter pour voyager.

"Le test, ainsi que le pass, ont été retirés par les trois grands chefs. Il n'y aura plus de test, que cela soit dans l'avion ou dans le bateau, ni de pass sanitaire. Et cela jusqu'à nouvel ordre", est d'abord intervenu, en matinée, Roland Nyikeine, chargé de mission auprès du Conseil coutumier Drehu.

Une décision prise pour "faciliter les rentrées"

Cette décision des grandes chefferies a été prise "dans la mesure où beaucoup de membres de la population Ne Drehu sont actuellement sur Nouméa, en vacances, [et une partie, NDLR] de la population de Nouméa est ici, également en vacances. Nous faisons cela juste faciliter les rentrées, à Lifou ou à Nouméa. La décision vient de tomber", poursuivait le porte-parole.

Si, à midi, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie n'avait pas encore été prévenu par le conseil coutumier Drehu, "nous le ferons", assurait le chargé de mission.

Ecoutez les propos recueillis par Steeven Gnipate :

Dans l'après-midi, le Conseil coutumier Drehu a ensuite publié un communiqué, ne mentionnant plus que l'abrogation du test antigénique pour voyager. L'instance rappelait, également, que "l'obligation du port du masque et l'application des gestes barrières doivent être scrupuleusement respectées lors des déplacements et des réunions ou rassemblements.

Les grands chefs insistaient sur le fait que la vaccination "est la seule arme actuelle à notre disposition surtout pour les personnes ayant des pathologies graves."

Contacté, le gouvernement ne souhaitait s'exprimer, l'exécutif précisant toutefois travailler à une simplification des protocoles sanitaires pour les transports domestiques. 

Communiqué du Conseil coutumier Drehu sur l'abrogation du test et du pass sanitaire dans les transports
Le communiqué du Conseil coutumier Drehu ©DR

En fin de journée, c'est finalement Air Calédonie, qui clarifiait le protocole sanitaire désormais en vigueur, pour la destination de Lifou. "Seul un pass sanitaire valide est désormais obligatoire, la présentation d’un test négatif en complément a été supprimée", expliquait la compagnie aérienne.

Une dépense supplémentaire contestée à Maré

Alors que les tests de dépistage sont devenus payants, mardi, et qu'il faut désormais débourser 2 850 francs pour obtenir un test antigénique délivré par un professionnel de santé, la mesure ne passe pas, aux îles Loyauté. Issaka Qala, porte-parole du district de Wetr, a contesté "cette décision qui, pour nous, est anormale et injuste". Il entend contester en justice cette décision.

Tests payants, le Wetr proteste (une réaction recueillie par Toufaili Andjilani)

Idem à Maré, où le grand chef de La Roche, Hippolyte Sinewami-Htamumu, demande que le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie prenne en charge cette dépense supplémentaire. "C’est encore un autre budget qu’il va falloir prévoir. On tient à rappeler que si on a exigé les tests, c’est pour contrôler la maladie", insiste-t-il, en faisant référence à l'obligation de se dépister avant d'entrer à Nengone.

Retrouvez, ci-dessous, l'interview de Steeven Gnipate et Kaio Tui :

©nouvellecaledonie