nouvelle calédonie
info locale

Crash aérien : début de l'enquête du BEA

accidents lifou
les enquêteurs du BEA à lifou
Trois experts du bureau d'enquêtes et d'analyses et deux techniciens d'identification criminelle sont arrivés ce lundi matin à Lifou. Ils ont débuté leurs observations et leurs prélèvements.

 
Comprendre les causes et déterminer les circonstances de l'accident, sont les principales missions de ces agents spécialisés venus depuis la métropole.
A la tribu de Hnathalo, l'équipe d'experts a étudié, sans perdre temps, les débris de l'avion qui jonchent le sol, à quelques mètres seulement de la case où dormait une famille de cinq personnes. 
 
Lifou : zone d'impact du crash balisée
L'équipe d'experts du BEA étudie les débris du monomoteur

Toute la zone d'impact est balisée. Elle est passée au crible, à la recherche d'indices qui pourraient expliquer ce drame. 
L'enquête en est à ses préliminaires. Impossible de tirer des conclusions. Seule certitude, la violence extrême de l'impact. 

Le reportage de Laura Schintu et de Michel Bouilliez
©nouvellecaledonie





 
Le déroulement d'une enquête sécurité
Sur le site du  BEA, il  est décrit la procédure de l'enquête sécurité.

Le travail d'observation 
Le travail d'observation sur site (manipulation des surfaces ou des commandes de vol, examen préliminaire du ou des moteurs) est complété par un examen détaillé du cockpit, panneaux d'alarmes, positions des sélecteurs et commandes.

Le prélèvement de pièces
Lorsque la décision d'effectuer un prélèvement d'une pièce est prise, il convient de prendre toutes les précautions afin de ne pas altérer des indices utiles aux travaux d'enquête.

Travail de partenariat 
Les enquêteurs agissent en concertation avec les représentants de l'autorité judiciaire. Ils peuvent aussi demander l'autopsie ou exploiter les rapports d'autopsie.

Eléments de l'enquête
Enfin, les enquêteurs recueillent également tous les éléments factuels liés à l'événement, tels :
  • les témoignages,
  • les dossiers de l'équipage, de l'aéronef,
  • les éléments de la préparation du vol,
  • les conditions météorologiques,
  • ou encore les éléments liés au contrôle du trafic aérien (transcriptions des radiocommunications, trajectoire radar).
Dans le cadre de l'aviation générale, la collecte des indices est souvent succincte et rend difficile la poursuite de l'enquête (peu ou pas de témoins, aéronefs rarement pourvus d'enregistreurs, évolution en espace aérien non contrôlé, peu ou pas d'enregistrement des communications et des trajectoires radar, documents liés à la préparation du vol non archivés ou souvent détruits).