Lifou : comment se déroule l'accueil des défunts sur l’île ?

coronavirus lifou
Le centre funéraire municipal de Nouméa sous tension
Depuis le début annoncé de l'épidémie, il y a trois semaines, le virus a déjà fait 101 morts. ©Nicolas Fasquel / NC LA 1ère
Aujourd’hui 8 défunts ont été acheminés par bateau vers leur île respective. Un à Maré et sept à Lifou. La majorité d’entre eux sont des victimes du COVID. Un rapatriement en période de crise sanitaire qui est effectué selon le protocole mis en place par le gouvernement.

Quand une personne originaire des Iles meurt du COVID au Médipôle, après le protocole funéraire défini par le gouvernement, le corps est placé dans un container réfrigéré au Port Autonome en attendant son transfert aux Iles : aux Loyautés, à Belep, à l’île des Pins ou à l’Ile Ouen.

Un protocole sanitaire strict

Il y a deux containers réfrigérés mis à disposition gratuitement par la Nouvelle-Calédonie aux communes bénéficiaires, et à la Province des Iles. Deux containers d’une capacité de 15 places chacun, gérés la cellule DECMA, «DECES MASSIF» de la sécurité civile.

Pour le rapatriement du corps de leur proche, les familles ne sont pas seules, elles sont aidées par le Poste de Commandement de la province des Îles, une cellule du gouvernement. Pour la prise en charge du transfert qui coûte 100 000 francs aux familles, la province des Iles participe à hauteur de 35%, et la mairie de Lifou par exemple à hauteur de 25%. Une vingtaine de corps ont été rapatriés sur les Iles depuis le début de la crise. 80% sont des victimes du COVID.

Les précisions de Clarisse Watue