Violents incidents à Maré et appels au calme

violence maré
Carte satellite de Maré avec Roh et Nece
©Google Earth
Des exactions ont eu lieu à Roh, dans le district maréen de Guahma. L'installation d'un étudiant pasteur serait à l'origine de ces tensions. Un gîte a été incendié, et une partie des habitants ont quitté la tribu. L'EPKNC, le Sénat coutumier et l'Etat appellent au calme. 
En ce début de semaine, des exactions ont été commises à Roh, dans le district de Guahma, au Nord de Maré. Les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux montrent ainsi une maison brûlée et des jets de projectile échangés.
 

Témoignage

Selon le témoignage d'un habitant de la tribu, deux personnes auraient été blessées ; trois habitations et une voiture auraient été incendiées ; d’autres maisons et véhicules auraient été saccagés.
 

«Dégradations, destructions et incendies»

Alors que d’après la gendarmerie, ce sont une maison, une voiture et un bateau qui auraient brûlé. «Des tensions sont apparues […] suite à la désignation d’un pasteur. Depuis ce lundi 2 novembre, [elles] se sont traduites par des troubles à l’ordre public qui ont occasionné des atteintes aux biens (dégradations, destructions et incendies) et une personne a été légèrement blessée», décrit le haut-commissariat dans un communiqué diffusé ce mardi après-midi.
 

Incendie d'un gîte

En outre, nous avons appris l’incendie du gîte Seday. Les gérants de l’établissement auraient quitté les lieux dès lundi pour se réfugier à un autre endroit.
 

Divisions

Ces faits sont survenus dans un contexte de divisions, au sein de la tribu, quant à l’installation d’un étudiant pasteur dans la paroisse de Roh. Il n’aurait pas suivi les directives de l’EPKNC, l’Eglise protestante de Kanaky Nouvelle-Calédonie. 
 

L'EPKNC en gestion de crise

Le pasteur Var Kaemo, président de l’Eglise, et son équipe ont passé une bonne partie de la nuit dernière et de la journée d’aujourd’hui en gestion de crise. Dans cette affaire, l’étudiant pasteur aurait l’appui d’une partie de la tribu de Roh et de la grande chefferie de Guahma. Ce que nous n’avons pas pu vérifier aujourd’hui avec les autorités coutumières. 
 

Un pasteur ne peut pas s’autoproclamer pasteur d’une paroisse comme ça, même si c’est chez lui. Le seul qui est autorisé à faire ce travail, c’est le comité régional ou le département des ministères. 

- Var Kaemo, président de l’EPKNC

 
Pasteur Var Kaemo, président de l'EPKNC
Le pasteur Var Kaemo, président de l'EPKNC. ©NC la 1ere
 

L'Eglise appelle au calme

L’Eglise évangélique en appelle au calme et au dialogue. «Je suis prêt à aller discuter de ça. Si il faut aller discuter avec les chefs ou les autorités coutumières, le bureau de l’Eglise est toujours ouvert», répète le pasteur Var Kaemo. «Si j’ai un appel à faire, c’est de dire à tous ceux qui m’écoutent qu’on est frères. On a des responsabilités différentes, et dans ces différentes responsabilités, on est appelés à se respecter mutuellement.»
 

Le haut-commissariat aussi

Laurent Prévost aussi, «appelle chaque partie au calme et à la responsabilité dans le respect de la loi afin d’éviter de nouveaux incidents et dommages». Ce mardi soir, on compte plusieurs dizaines de gendarmes à Maré.
 

Tout comme le Sénat coutumier

Le Sénat coutumier appelle à l'apaisement ce mercredi dans un communiqué signé par Justin Eymard Gaïa, président, et Hippolyte Sinewami-Htamumu, porte-parole et lui même originaire de La Roche. « C’est avec une attention toute particulière que le Sénat coutumier suit les événements qui se déroulent actuellement à Nengone, et notamment sur la tribu de Roh dans le district de Guahma. C’est aussi avec une grande tristesse que le Sénat coutumier a appris l’expulsion de certains clans de cette tribu. » L'institution coutumière encourage également tout un chacun à faire preuve de discernement dans cette situation qui fragilise l’île. 
 

Le Sénat coutumier encourage la population de Nengone ainsi que ses autorités coutumières à trouver ensemble, dans le dialogue, une solution apaisée. 

 

Déploiement de gendarmes

«Le haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie a demandé au commandant de la gendarmerie nationale le déploiement de moyens importants pour préserver la sécurité des biens et des personnes», décrit le communiqué de l’Etat, «avec le renfort de quatre pelotons de gendarmes mobiles et de l’antenne du GIGN. Par ailleurs, des enquêteurs de la brigade de recherches de Nouméa sont d’ores et déjà sur les lieux pour diligenter des procédures judiciaires, qui sont menées sous l’autorité du procureur de la République.»
 

Habitants déplacés

Une situation suivie de très près par toutes les autorités concernées. Par sécurité, une centaine d’habitants de Roh ont été déplacés. Certaines familles attendaient ce soir de rallier Nouméa. Elles ne se sentent plus en sécurité à Maré.

Le résumé de Natacha Lassauce-Cognard et Louis Perin : 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live