Les travaux de démantèlement du Kea Trader sur le point de commencer

environnement maré
kea trader
©CTCM/ Lomar Shipping
Retardé par la crise sanitaire, le chantier de démantèlement du Kea Trader va enfin débuter. La barge Cali, arrivée il y a cinq mois, devrait quitter Nouméa d'ici la fin août, selon les conditions météo. Des entreprises calédoniennes seront associées à l'opération. 
C’est la fin d’une longue attente. Le chantier du Kea Trader va pouvoir commencer. Les 73 travailleurs chinois, récemment arrivés, ont tous été testés négatifs au Covid-19. Ils peuvent maintenant embarquer sur la barge Cali, spécialement conçue pour démanteler ce porte-conteneur, échoué au large de Maré depuis trois ans. La barge devait partir courant de la semaine prochaine, en fonction des conditions météo. Sa première mission : préparer le terrain.

C'est un chantier hors normes, qui n'a pas d'équivalent connu. Thierry Cantéri, directeur des affaires maritimes


Le chantier sera opéré par la société chinoise Shanghaï Salvage. Une première dans le monde, vu l’isolement du récif Durand. Les travaux, qui s’annoncent longs et compliqués, devraient durer entre 12 et 18 mois. « La barge va être posée sur le récif, ancrée avec de lourdes chaînes sur le fond, donc il faut tester la solidité de tout ça. Une fois qu’ils auront éprouvé le système, ils pourront démarrer les travaux effectifs de démantèlement de l’épave, d’ici un mois», détaille Thierry Cantéri, le directeur des affaires maritimes.
Barge Cali pour le Kea Trader
©NC1ère

 

Les explications de Thierry Cantéri, le directeur des affaires maritimes.

ITW Thierry Cantéri Barge

Des retombées économiques pour les entreprises locales

Quelques entreprises calédoniennes seront associées à ce chantier, estimé à plusieurs milliards de francs CFP. « Le traitement des parties métalliques de l’épave du navire sera réalisé sur Nouméa, à Ducos, par une société locale, qui a l’habitude de faire ce travail là. Il y aura, en tout cas au début de l’opération, des remorqueurs locaux qui seront utilisées notamment pour les premiers voyages de la barge vers Nouméa pour bien vérifier qu’il y a une bonne tenue pendant le remorquage », poursuit Thierry Cantéri.

A écouter l'interview de Thierry Cantéri.

ITW Thierry Cantéri


Explications et précisions de Lizzie Carboni et Judith Rostain
©nouvellecaledonie

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live