A 75 ans, Jenny Oiné continue à tresser, pour celles d'après

femme ouvéa
Portrait d'une grand-mère aux doigts de fée. ©nouvellecaledonie
Les mamies à l'honneur, ce dimanche, pour la fête des grands-mères. Faisons connaissance avec Jenny Oiné, rencontrée au Salon de la femme. Cette tresseuse originaire d'Ouvéa s'est donnée pour mission de transmettre son savoir-faire aussi longtemps qu'il lui sera possible de le faire.

Le geste est sûr, rapide, nourri par l’expérience des années. A bientôt 76 ans, Jenny Oiné n’a rien perdu de son savoir-faire de tresseuse et compte bien exercer son art aussi longtemps que possible.

Mes enfants me disent : 'Tu vas arrêter, t'as plus l'âge de travailler.' Je dis : 'Non'. Je marche encore, je peux. Et j'aide les jeunes mamans. Je leur transmets mon savoir-faire, pour plus tard.

Jenny Oiné, tresseuse

Le geste est sûr, fruit de la longue expérience de Jenny Oiné, tressage, tresseuse, vannerie
Le geste est sûr, fruit de la longue expérience de Jenny. ©Caroline Antic-Martin / NC la 1ère

Une référence

Un savoir-faire acquis auprès de sa grand-mère à Ouvéa. Devenue grand-mère et même plusieurs fois arrière-grand-mère, Jenny tente à son tour d’enseigner l’art du tressage à sa descendance féminine… avec plus ou moins de succès ! Véritable référence en matière de tressage, Jenny a participé à tous les festivals des arts du Pacifique. Elle donne des cours deux jours par semaine à la Vallée-du-Tir et préside une association de femmes. Son rêve : aller à la rencontre des femmes africaines. Ce sera pour bientôt et d’ici là…

Je dis bonne fête à toutes les grands-mères de la Calédonie. Surtout la santé. Nous les grands-mères, on n'a besoin de ça.

Jenny Oiné