Ouvéa : les mangroves de Teouta étudiées par les scientifiques

environnement ouvéa
mangrove ouvéa
A Ouvéa, la mangrove de Teouta est l'une des plus préservées au monde, selon les scientifiques. ©Cédric Michaut / NC la 1ère
Analyse de l’eau, du sol, de la végétation… Une équipe de chercheurs de l’université de la Nouvelle-Calédonie étudie les mangroves de Teouta, sur l'île d'Ouvéa, pendant toute une semaine. Une biodiversité unique et bien préservée, qu'il faut protéger impérativement.

Une heure de marche dans l'eau et sur le sable blanc d'Ouvéa, avant d’accéder à la forêt de palétuviers de Teouta. Elle est la mieux préservée au monde selon la communauté scientifique. Sur place, l’équipe de cinq chercheurs conduite par Cyril Marchand, spécialiste des mangroves, prélève les feuilles et les branches de palétuviers, les herbiers et procèdent au carottage des sédiments… Des échantillons de roche sont également récupérés.

Ce qu'on a ici, c'est quelque chose de presque unique au monde puisque les palétuviers qui composent la mangrove poussent directement sur les roches locales, le substrat carbonaté qui était jadis, une sorte de barrière de corail. On essaie de comprendre d'où les arbres peuvent tirer leurs nutriments.

Maximilien Mathian, minéralogiste à l’Université de la Nouvelle Calédonie

Objectif de cette mission : comprendre comment évolue la roche au contact des palétuviers. Des chercheurs locaux mais aussi internationaux s'intéressent à cette biodiversité unique.
Jean Baptiste Dao est habitant de Teouta, la tribu à laquelle appartient cette mangrove. En tant que guide, il a vu le passage de nombreux scientifiques. "La mangrove pour nous c'est très important, on vient chercher ici de quoi se nourrir, on va essayer de la préserver le plus longtemps possible" dit-il.


La mangrove de Teouta concentre une dizaine d’espèces de palétuviers sur les 24 que compte la Nouvelle Calédonie.

Le reportage à Ouvéa de Clarisse Watue et Cédric Michaut

©nouvellecaledonie