nouvelle calédonie
info locale

Après quinze ans d'attente, les habitants de Tiwaka exigent un accès à l'eau potable

province nord
Barrage sur la transversale par les habitants de Tiwaka
Barrage sur la transversale par les habitants de Tiwaka pour exiger leur accès à l'eau potable ©Marguerite Poigoune / NC1ère
Ce mardi, une centaine d'habitants de Tiwaka bloquaient le transversale, pour exiger un accès à l'eau potable. Pour eux, les promesses des collectivités, qui datent de quinze ans, ne sont toujours pas tenues.
Une centaine d’habitants de la tribu de Tiwaka exprime en colère. Depuis 4 heures du matin ce mardi, ils ont érigé un barrage filtrant sur la route de la transversale et demandent leur droit à l’accès à l’eau potable. Sur l’une des banderoles placée sur le barrage, on peut lire "Des promesses non tenues depuis 15 ans". Ces promesses, ce sont les engagements qui avaient été pris par les collectivités locales. 
 
Environ trente habitations sont concernées par ce problème, et les habitants ont installé leur propre captage d’eau, dans les creek. Mais en période de sécheresse, ils vont chercher eux-mêmes l’eau à la rivière de la Tiwaka. 
 
Tous les weekends, depuis plus de cinq ans, Alfred Poidyaliwane se rend ainsi à la rivière de la Tiwaka, à l'aide d'une pompe à eau. "C'est juste pour baigner et pour faire la vaisselle", commente Alfred. "Mais autrement, pour faire la cuisine, on est obligé de prendre de l'eau du Mont-Dore".  
 
Ecoutez les propos d'Alfred Poidyaliwane au micro de Marguerite Poigoune pour NC1ère La Radio :

ITW Tiwaka 221215

 

L’eau saumâtre du creek est utilisée uniquement pour les besoins ménagers. Pour avoir de l’eau à boire ou pour la cuisine, il faut s'organiser autrement . "On emmène des bouteilles d'eau sur notre lieu de travail pour avoir de l'eau potable pour boire", explique Ghislaine. 
 
D’après les manifestants, les collectivités s’étaient engagées pour mettre en place une conduite d’eau, au moment de l’inauguration de la transversale Koné-Tiwaka. Mais en 2015, aucune action n'a encore été menée dans ce sens.  
 
Tiwaka est coupée en deux, par la rivière : ceux qui habitent rive droite côté Poindimié, et les autres, rive gauche côté Touho. Les familles qui habitent sur la rive gauche sont des administrés de Poindimié, installées sur le territoire de Touho. "La problématique n'est pas simple", explique Didier Poidyaliwane, habitant de Tiwaka."On est sur le territoire de Touho, administrativement. Par contre, nous votons sur des listes à Poindimié". 
 
Il y a deux semaines, les habitants de Tiwaka, ont déposé leur cahier de doléances à la mairie de Poindmié. "La mairie de Poindimié propose de prendre en charge l'ensemble de l'infrastructure", poursuit Didier Poidyaliwane. "Au vu de l'absence de réaction de la mairie de Touho, elle a décidé de prendre en charge l'ensemble du projet."
 
Le barrage ne doit durer qu’une journée, mais des discussions doivent se poursuivre avec la mairie de Poindimié, probablement après les fêtes. Et peut-être qu'en 2016, avoir de l’eau potable ne sera plus un casse-tête pour les familles de Tiwaka.

Retrouvez le reportage en images de Gilbert Assawa et David Sigal pour NC1ère : 
Ce mardi, une centaine d'habitants de Tiwaka bloquaient le transversale, pour exiger un accès à l'eau potable. Pour eux, les promesses des collectivités, qui datent de quinze ans, ne sont toujours pas tenues.

Publicité