Après une longue coupure, l'eau est partiellement rétablie à Pouembout et Koné

eau potable pouembout
Remplacement de conduite d'eau, dans la zone VKP, le lundi 21 février.
Remplacement de conduite d'eau, dans la zone VKP, le lundi 21 février. ©Camille Mosnier / NC la 1ère
L’eau est partiellement revenue au robinet, à Pouembout et Koné, après presque quarante-huit heures de coupure. Dans l'intervalle, la casse survenue dans le réseau d'adduction a provoqué bien des désagréments, notamment sur le plan scolaire. Mardi 22 février, le Sivom VKP signale une nouvelle casse.

Une fissure longue d’une vingtaine de centimètres. Voilà l’origine de la coupure d’eau qui s'est faite connaître dimanche, dans le village de Pouembout et ses alentours. Problème identifié ce lundi matin, vers 9 heures, à 1,5 m de profondeur, après vingt-quatre heures de prospection. Car les pluies de la veille ont rendu les recherches difficile. Et en cette saison, ce sont souvent elles, les causes des défauts sur le réseau.

Le réseau de VKP est pour partie vétuste. On a des canalisations anciennes, donc potentiellement plus cassantes que des canalisations neuves. Les pluies des derniers temps, et les mouvements de terrain, font aussi que les conduites travaillent plus et que ça occasionne des casses.

Arnaud Banfi, directeur du Sivom VKP

Impact sur des foyers, des restaurants, l'hôpital et la classe

Conséquences : plus de trois mille foyers privés d’eau depuis dimanche matin. Des restaurants contraints de fermer leurs portes, un centre hospitalier obligé de pomper dans ses propres réserves et des établissements scolaires sans enfant. La rentrée des élèves du groupe 2 a été reportée, le collège de Païamboué et le lycée Michel-Rocard sont restés fermés, les internes n’ont pas pu être accueillis...

Le problème est qu'on est en période de Covid et que les élèves ne peuvent même plus se laver toutes les deux heures les mains comme préconisé épar les programmes de santé publique.

Christian Lacoste-Baraudau, conseiller principal d’éducation au lycée Michel-Rocard

Le lycée doit trancher

À la mi-journée, l’eau n’était toujours pas rétablie. Le proviseur du lycée a pris, alors, la décision de reporter à nouveau le retour en classe.

Près de mille élèves, dont 478 internes sont concernés, même si l’alimentation en eau a été rétablie entre-temps, en fin d’après-midi. Il faut dire que le réseau de l’établissement demande une maintenance particulière.

Toute interruption d'eau à l'entrée de l'établissement entraîne une arrivée de substances qu'il est nécessaire de purger et ça prend un minimum de cinq à six heures.

Pascal Laborde, proviseur du lycée

Retard sur les points hauts

En milieu d’après-midi, donc, l’adduction en eau a été peu à peu rétablie. Le débit doit redevenir important dans la nuit. "L'eau revient progressivement mais les points hauts en sont encore privés", écrivait le Sivom en fin de journée. "La distribution devrait revenir dans la soirée au fur et à mesure du remplissage du réservoir. Encore un peu de patience pour les derniers quartiers qui sont encore coupés et notamment Bel Air, les hauts de Païamboué, GDPL Baco, Erewande et les points hauts de Pouembout."

Nouveau problème signalé, mardi 22 février au matin, par le Sivom VKP. Une nouvelle casse serait survenue, la nuit précédente. Les points hauts n'ont pu être remis en eau et une équipe d'Aquanord est à l'œuvre :

 

Un reportage de Camille Mosnier et Brice Bachon :

Coupure d'eau à la rentrée, dans la zone VKP ©NC la 1ère

Le collège de Païamboué, à Koné, et les écoles du village de Pouembout rouvriront normalement ce mardi.