Des transporteurs et habitants de Hienghène dénoncent l'état des routes

intempéries hienghène
Travaux routes Hienghène
Avis de travaux sur une route municipale de Hienghène, image d'illustration. ©NC la 1ère
Une fois encore, des habitants de Hienghène se mobilisent contre l’état des routes. Les voies d'accès aux vallées se sont beaucoup dégradées à cause des intempéries. Et cela abîme les véhicules, notamment des transporteurs scolaires.

Mobilisation, au village de Hienghène. Ce mardi, des habitants sont venus exprimer leur mécontentement, quant à l'état de la voirie, voire la gestion municipale. Après des prises de parole, un cahier de revendications a été déposé à la mairie.

"Pas du travail sérieux"

"Les choses ne vont pas bien, dans la commune de Hienghène. Exemple : les routes", proteste un transporteur scolaire, Djeo Nigaille. "Je suis dans le transport depuis 1996 et toutes les mandatures qui sont passées, ça n'a jamais changé. Il y a un peu de coaltar par ci, un peu de coaltar par là et quand les trous reviennent, soit on ne les bouche pas, soit on les bouche avec de la terre et quand il pleut, ça repart. Ce n'est pas du travail sérieux."

Des routes "trop éparpillées"

Le maire de Hienghène le reconnaît, il s'agit d'un problème récurrent, en cette période de l'année. Les pluies creusent la chaussée, engendrent des éboulements, forment des nids de poule. Et il n’est pas toujours facile de régler le problème avec les moyens existants. "Tous les ans, à chaque rentrée, le souci de la commune, c'est nos routes. On sait qu'au mois de février, c'est le temps des intempéries. Les routes ne sont pas bonnes", constate Bernard Ouillate. "Et elles sont trop éparpillées, la commune a presque 400 kilomètres de routes à entretenir."

Matériel en cours de renouvèlement

Il évoque toutefois une réunion déjà organisée avec les transporteurs, la semaine dernière. Mais aussi le sous-effectif au sein d'un personnel municipal touché par la pandémie. "Si il n'y a personne pour travailler sur les engins, on ne peut pas répondre aux besoins", déclare Bernard Ouillate, en expliquant que la mairie s'efforce de redéployer ses équipes pour y remédier. Et qu'un renouvèlement de matériel est en cours afin d’avoir des engins neufs. Mais cela prend du temps.