Houaïlou : mobilisation après l'agression d'un enseignant au collège de Wani

violence houaïlou
Collège de Wani, Houaïlou, logo
Logo du collège de Wani, à Houaïlou. ©NC la 1ere

Un professeur d'éducation physique très violemment agressé par un de ses élèves : les faits de violence qui ont eu lieu mercredi 12 mai au collège public de Houaïlou sont en particulier dénoncés par le syndicat des enseignants du second degré. Le vice-rectorat réagit aussi.

Coups de poing, coup de pied et jet de pierre : c’est une agression d’une très grande violence dont a été victime un professeur d’éducation physique, mercredi 12 mai, au collège de Wani, à Houaïlou. Un déchaînement perpétré par l’un de ses élèves, en classe de troisième. 

"Tout est problème"

Dans la foulée, la douzaine d’enseignants de l’établissement public dénoncent ce qu’ils décrivent comme un climat d’insécurité. "Tout est problème. Dès qu’il y a quelque chose, c’est un problème, dans ce collège", décrit Eric Losfeld, professeur de mathématiques. "S’il nous arrive quelque chose, on n’a plus d’interlocuteur. On ne peut plus appeler quelqu’un. Il peut se passer n’importe quoi dans notre classe, il n’y a pas de [conseiller principal d’éducation], il n’y a pas de vie scolaire."

La majorité des enseignants sont des enseignantes. Je peux vous dire qu’il y en a beaucoup qui ont peur d’aller en cours.

Un enseignant du collège de Wani

 

Préavis de grève pour le 18 mai

Des dysfonctionnements pointés du doigt par le syndicat des enseignants du second degré. En signe de soutien, le SNES-NC a déposé un préavis de grève générale dans le secondaire calédonien pour mardi 18 mai. L’année dernière, rappelle-t-il, une des enseignantes de Wani avait également été victime de la violence d’un élève.

"Il y a un gros problème à la direction de l’établissement, avec un chef d’établissement très très fragile - pour faire court, qui est aux abonnés absents", dépeint Marc Baty, secrétaire du syndicat, en ajoutant : "Un CPE qui a quitté l’établissement, parce qu’il a été menacé, pour d’autres raisons, dans une autre affaire, et là, il est rentré en Métropole."

Ecoutez Marc Baty au téléphone d’Alix Madec :

Violences au collège de Wani, Marc Baty

 

Il n’y avait personne pour intervenir et les élèves de la classe ne sont pas intervenus.

Marc Baty, secrétaire du syndicat


"Un plan d’action global et concerté"

Une plainte a été déposée par le professeur agressé, auprès de la gendarmerie. Saisi du dossier, le vice-rectorat a ouvert une enquête administrative. "Dès lundi, une équipe de soutien psychologique sera sur place. Par ailleurs, l’équipe mobile de sécurité, qui sont les professionnels de la gestion de crise, seront également sur le collège et accompagneront l’établissement dans ce début de semaine", annonce Erick Roser. 

Ecoutez le vice-recteur, joint par Alix Madec :

Violences au collège de Wani, Erick Roser

 

Je serai moi-même sur place, avec la membre du gouvernement, pour rencontrer la communauté éducative et plus largement, rencontrer les élus municipaux et tous les acteurs pour envisager un plan d’action global et concerté de prévention de la délinquance.

Erick Roser, vice-recteur