Quand la vie coutumière s'organise : l'exemple du district de Waraï, à Houaïlou

coronavirus houaïlou
Houaïlou : tribu de Waraï
Scène de vie dans le district de Waraï, à Houaïlou. ©NC la 1ère
Les coutumiers ont tout un rôle à jouer pour accompagner les habitants de Nouvelle-Calédonie face au coronavirus. A Houaïlou, le district de Waraï a passé ses consignes pour les cérémonies et initié des distributions de vivres.
Le Covid-19 transmet une maladie doublement mortelle. Non seulement la famille ne pourra plus visiter l’un des siens, le jour où il sera touché par la maladie, ni même accéder à ses funérailles. Mais pendant la période de confinement, elle devra aussi enterrer tout défunt dans la cour familiale sans les oncles utérins et les familles alliées
 

Réunion de crise

C’est la partie la plus abrupte de la décision prise lors d’une réunion de crise, lundi dernier au soir, par le conseil de district de Waraï, à Houaïlou. Lequel regroupe sept tribus, de la rive gauche de la rivière Houaïlou au col de Hô. Il faudra bousculer les mentalités. Mais ce n’est qu’à ce prix que l’on pourra endiguer la menace. 
 

Reconnaissance de terrain

De leur côté, les quatre tribus au Nord du district (à savoir Meomo, Neya, Kaora et Ba) ont identifié dès dimanche soir près de 140 maisons. La population riveraine des tribus a également été prise en compte, jusqu’aux centres miniers. La zone a été découpée en secteurs géographiques, avec des référents nommés, les contacts et listings des besoins urgents et bien sûr, les personnes souffrantes.
 

Distributions

Avec le concours d’un commerçant de la région, deux distributions de denrées de première nécessité ont été effectuées depuis le début de la semaine, en limitant la circulation des personnes. Côté activité économique, la reprise du travail dès la fin de la période de confinement est souhaitée par tous.