Le FLNKS finalise son projet de société

politique koné
Conférence de presse FLNKS projet de société après 2018
Lors de la présentation du projet de société indépendantiste, en août 2017. ©NC 1ère / Brigitte Whaap
Finaliser le projet de société indépendantiste et décliner le calendrier de travail pour 2018, voilà quel était l’objectif de la convention que le FLNKS a tenue mercredi à Koné, dans la tribu de Baco.
La convention a réuni l’ensemble des composantes du Front de libération nationale kanak et socialiste : l’Union calédonienne, le Palika, le Rassemblement démocratique océanien et l’Union progressiste en Mélanésie. A l’issue des différentes consultations de terrain et des réflexions menées au sein des congrès respectifs, ce rendez-vous de mercredi, à Baco, était l’occasion de mettre au point le projet de société des indépendantistes.

«Pluriculturalité»

«Le document de travail en lui-même est validé, relate Jean Creugnet, de l’UPM, animateur du bureau politique du Front. Il n’y a pas de remise en cause des éléments principaux qui constituent le projet de société du FLNKS. Il était simplement nécessaire d’affiner certains principes, comme la pluriculturalité qui remplace le concept de pluriethnique à l’origine dans la constitution du FLNKS de 1987.»

Les retours du terrain​

La convention affiche sa satisfaction à propos des consultations populaires. Durant toute une année, un groupe de travail, spécialement dédié, a sillonné une grande partie des communes calédoniennes. Il a permis à ces dirigeants d’être au plus près de la population, mais surtout de répondre à ses interrogations. «Partout où on est passés, on a reçu un bon accueil, décrit Jean Creugnet. Les militants ont fait des observations. Ces observations ont permis d’agrémenter notre document de travail. C’était aussi nécessaire de resensibiliser la population par rapport à l’échéance de la consultation.»

Convention cruciale

Cette convention est d’autant plus cruciale pour le FLNKS qu’elle a permis de décliner son calendrier de travail pour 2018 et, surtout, de fixer les différentes actions que ses militants devront mener sur le terrain. «Nous voulons que cette campagne sur le terrain soit au plus près de la population, insiste l’animateur du bureau politique. L’objectif est de rencontrer toutes les tribus, également tous les villages, tous les quartiers.» 

Congrès en février

Les composantes du FLNKS vont se retrouver une dernière fois en février. A l’occasion d’un congrès, ils devront valider le projet de société.