"La SLN doit changer sa méthode de travail avec les populations"

nickel kouaoua
mines kouaoua
©B.W
L’assemblée générale de la fédération pays des entrepreneurs a eu lieu hier samedi à Kouaoua. Cette fédération réunit des sous-traitants des opérateurs miniers de différentes communes. Parmi les questions à l’ordre du jour, la situation après l’incendie de la serpentine.
Des habitants dénoncent le chantage à la fermeture de la société Le Nickel et ses méthodes de communication.

 "La SLN doit changer sa méthode de travail avec les populations": une déclaration du président de la fédération pays des entrepreneurs qui en dit long sur les tensions avec la société Le Nickel, à Kouaoua. Ces sous-traitants travaillent dans des communes minières, ils ont décidé de se réunir en fédération pour défendre leurs intérêts.

Charly Kapa est entrepreneur originaire de la tribu de Wéénàà. Pour lui, la SLN ne respecte pas sa parole, preuve en est avec un snack situé sur la tribu et inachevé depuis 2 ans. Une construction promise par l’opérateur minier.
 
"Ils ont fait un snack, il y a deux ans, qui n'a jamais été fini. La SLN a utilisé les coutumiers pour son propre intérêt; quand il faut distribuer les dividendes, il n'y a rien pour les tribus et les communes. Maintenant, il y a un ras le bol de la SLN aujourd'hui à Kouaoua" explique Charly Kapa.
 

La baisse de la grille tarifaire

Parmi les autres membres de cette fédération : Hilaire Kapa, ancien sous-traitant de la SLN qui a décidé d’arrêter de travailler avec le mineur, suite à la baisse de sa grille tarifaire.
 
" À l'heure d'aujourd'hui, sur la mine mère, il y a des sous-traitants qui ont subi leur grille tarifaire. Avec leur prix, on ne peut pas s'en sortir comme ça. Nous on demande qu’ils fassent une grille qui arrange tout le monde, qui arrange les sous-traitants, qui leur permettent d'avancer encore plus loin" explique Hilaire Kapa.
 
Ces contractuels n’ont pas participé aux différentes discussions de ces derniers jours avec la SLN et les coutumiers. Aujourd’hui, ils veulent passer un message à la société Le Nickel. "Nous on demande, on veut parler avec le bon dieu de la SLN, on veut le voir ici chez nous à Kouaoua, le PDG de la SLN" poursuit-il.

La mine de Méa est à l’arrêt depuis l’incendie de la serpentine. La fédération des entrepreneurs participera à une réunion mardi prochain avec les différents acteurs du dossier. Une réunion qui pourrait éclaircir ou pas l’horizon de la SLN à Kouaoua.

Le reportage de Brigitte Whaap et Christian Favennec.
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live