A Koumac, l'Ehpad Les Trois rivières mobilisé pour aider à vivre avec la maladie d'Alzheimer

santé koumac
©nouvellecaledonie
La journée mondiale de l’Alzheimer a eu lieu, mercredi 21 septembre. A Koumac, l'Ehpad Les Trois rivières consacre une aile entière aux anciens dont la mémoire s'efface peu à peu, à cause de cette affection dégénérative. Cette structure unique en province Nord y met autant d'humanité que possible.

"Quand est-ce que tu es née ?", demande Maeva Carlier, infirmière, à une patiente de l'Ehpad Les Trois rivières, à Koumac. "Le 12 juillet", répond cette dernière. Se souvenir, remonter aux confins de sa mémoire, est anodin pour la plupart des gens, mais c'est un exercice complexe pour les 14 résidents de l'aile Alzheimer que compte cet Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Au quotidien, la tâche est simple et consiste à maintenir en éveil ces pensionnaires.

"Cela permet de travailler avec eux les facultés cognitives, de travailler également le repère dans le temps et dans l'espace. L'objectif, déjà, c'est de préserver au maximum leur autonomie", renseigne Maeva Carlier. Petite particularité de cette structure : le nombre de résidents et de personnes est quasi égal, avec 22 salariés pour 24 résidents. Renforcées d'un médecin spécialisé venu du Médipôle, les infirmières comptent également sur les auxiliaires de vie sociale. Elles offrent un soutien dans les activités de motricité, notamment. "Aujourd'hui, c'est l'activité peinture, sur des citrouilles", commente Fatima Niongi, auxiliaire de vie. "C'est une activité de mobilisation des mains."

Une épreuve difficile pour les familles

Encore peu connue en Nouvelle-Calédonie et impactée a minima par la crise des soignants, la pathologie d'Alzheimer demande de la pédagogie. Les familles des résidents, qui sont originaires des tribus et des villages, doivent également affronter les aspects culturels liés aux anciens et à la vieillesse.

"Le fonctionnement intrinsèque à la Calédonie sur la pathologie d'Alzheimer, sur comment l'appréhender et l'abandon des proches est ressenti, au départ par les familles", rappelle Olivier Joséphine, directeur de l'Ehpad, qui est le seul établissement de ce type en province Nord.

Comment faire ? Où mettre [ses doyennes et doyens] ? Est-ce qu'on ne va pas le regretter ? Est-ce qu'on ne les abandonne pas ? C'est cette première problématique que l'on a.

Olivier Joséphine, directeur de l'Ehpad Les Trois rivières, à Koumac

Quelque 250 cas sont diagnostiqués chaque année, en Nouvelle-Calédonie. Un nombre qui pose la question de la prise en charge des malades et de leur placement dans des structures adaptées. Un processus qui est encore long et complexe. Il est parfois possible d'oublier que derrière la maladie, il y a des visages.

Retrouvez l'entretien du docteur Valérie Albert Dunais, gériatre au centre hospitalier spécialisé Albert-Bousquet, interrogée par Medriko Peteissi :

©nouvellecaledonie