Koumac : la continuité pédagogique se met en place

éducation koumac
Koumac : la continuité pédagogique se met en place
©Brigitte Whaap et Philippe Kuntzmann
Depuis le début du confinement, l’école Charles Mermoud à Koumac a mis en place la continuité pédagogique. Avec pour seul objectif : maintenir le niveau des élèves. Zoom.

À l'école Charles Mermoud à Koumac, l’équipe éducative a depuis la semaine dernière préparé les dossiers pour la continuité des élèves. La photocopieuse fonctionne à plein régime afin d'apporter tous les cours nécessaires aux 326 élèves. Chaque institutrice prépare différents cours : mathématiques, français et même EPS. L’objectif ? Que les élèves gardent le même niveau d’avant confinement. 

On reprend l’école là où elle s’est arrêtée, donc avec des exercices d'entraînement notamment. Pas de nouvelles notions à aborder à la maison, c’est assez compliqué parfois de faire passer certaines notions et tout le monde n’a pas la patience. On essaye de faire des choses que l’on a déjà vu en classe.

Johanne Payandi, institutrice en CP école Charles Mermoud

 

Dès ce lundi, les parents se sont déplacés en nombre pour récupérer les dossiers pédagogiques. Bacs à dispositions pour y déposer les fiches déjà complétées. L’important est de fournir un travail quotidien, comme le rappelle la directrice de l'établissement. 

Si l’enfant lit tous les jours, révise ses tables, fait de la conjugaison et de la production d’écrits, c’est déjà bien.

Véronique Girard, directrice de l’école primaire Charles Mermoud

 

Il est toutefois difficile pour certains parents de motiver leurs enfants. Les parents doivent veiller au grain pour la réalisation des devoirs. C'est le cas pour Mayron, qui n’a pas encore fini ses devoirs de ces deux dernières semaines : 

“On le rappelle régulièrement à l’ordre pour qu’il fasse ses devoirs. Pour lui, le confinement c’est un peu les vacances", explique sa mère Lydwina Tidjine, parent d’élève. Le passe-temps du jeune garçon ? S’occuper de ses chevaux, mais tout cela à condition d’avoir travaillé avant pour l’école. 

Reportage de Brigitte Whaap et Philippe Kuntzmann :

©nouvellecaledonie