nouvelle calédonie
info locale

Des militaires de toute la région réunis par Croix-du-Sud

monde province nord
Annonce de l'exercice Croix-du-Sud, Tontouta, 18 mai 2018
Ce Casa de la Royal australian air force a été réquisitionné spécialement pour l’exercice Croix-du-Sud. ©NC la 1ère / Sheïma Riahi
La Nouvelle-Calédonie s'apprête à renouer avec «Croix-du-Sud». Le grand rendez-vous interarmées et interalliés du Pacifique Sud battra son plein à partir de dimanche, surtout en province Nord. Il réunit cette année plus de 1800 militaires de la zone.
Ils sont Australiens, Néo-zélandais et Français. Ce vendredi matin, à Tontouta, 27 parachutistes et un chien du nom de Lamax s'apprêtent à effectuer un saut d’entraînement. Pour ce faire, ils vont embarquer à bord d'un des appareils accueillis à la base aérienne 186 à l'occasion de l’exercice Croix-du-Sud.

Annonce de l'exercice Croix du Sud, base aérienne de Tontouta, 18 mai 2018
Cinq appareils sont accueillis à la base de Tontouta pour l'occasion, venus de l'Australie, la Nouvelle-Zélande et la Polynésie. ©NC la 1ère / Sheïma Riahi

Onze nations

Croix-du-Sud, c’est un rendez-vous majeur de coopération entre forces armées, organisé par les Fanc. Plus de 1800 militaires, de onze nations du Pacifique Sud, sont mobilisés. L'exercice court depuis lundi 14 mai et va se prolonger jusqu'au vendredi 25. Mais le temps fort commencera dimanche.

Annonce de l'exercice Croix-du-Sud, Tontouta, 18 mai 2018
Les participants à Croix-du-Sud 2018 viennent de onze nations. ©NC la 1ère / Sheïma Riahi

Koné et le Grand Nord

Cette année, il se déroulera en grande partie en province Nord. Koné sera notamment le lieu d'une opération fictive de secours à la population dans un pays imaginaire frappé par un tsunami. Croix-du-Sud concernera également Kaala-Gomen, Koumac, Poum et Ouégoa.

Le logo de Croix-du-Sud 2018
©DR

Deux grands objectifs

Les objectifs? D'une part, entraîner les forces armées présentes en Calédonie à planifier et conduire dans l'urgence une opération multinationale de secours à des populations sinistrées dans le Pacifique Sud. D'autre part, améliorer la capacité à opérer ensemble des armées participant à l’exercice, et leur aptitude à se coordonner.

Le reportage de Sheïma Riahi et Christian Favennec.
©nouvellecaledonie