nouvelle calédonie
info locale

La province Nord se met à l’épreuve du feu 

incendie Poindimié
Présentation de la thèse à l'épreuve du feu, Poindimié
La thèse était restituée mardi, à Poindimié. ©Sécurité civile et NC la 1ere
L'anthropologue Marie Toussaint a présenté mardi, à Poindimié, sa thèse intitulée «A l'épreuve du feu». Un travail demandé il y a plusieurs années par la province Nord de la Nouvelle-Calédonie, pour mieux cerner la problématique des incendies.
Alors que la saison officielle des feux de brousse commence le 15 septembre, la province Nord réfléchit au long cours à ce sujet brûlant. Une anthropologue a même été sollicitée par la collectivité et elle est en train de restituer ses travaux.
Le reportage radio de Marguerite Poigoune :

La thèse «à l'épreuve du feu»

 

Enquête à Gohapin, Bopope et Tiwae

Marie Toussaint a planché durant huit ans sur une thèse intitulée «L’épreuve du feu». Elle a enquêté pour mieux comprendre et mieux accompagner les pratiques. Une démarche menée dans les tribus de Gohapin à Poya, Bopope à Koné et Tiwae à Touho. 
 

Usages anciens

Cette thèse bouscule les codes, ou presque. L’anthropologue met en lumière des usages, des pratiques, leurs raisons et surtout les causes de la progression des feux de brousse. Un phénomène ancien qui concerne toutes les communautés. Utile, mais dangereux s’il n’est pas maîrisé : la végétation devient plus sensible, et perturbée à cause de l’intrusion d’espèces envahissantes. 
 

Il faut défocaliser l’attention sur le geste, et davantage s’intéresser aux espaces qui brûlent, pour ensuite aller cibler les mises à feu qui sont vraiment problématiques.
- Marie Toussaint

 

Espaces plus sensibles

Pour Marie Toussaint, l’attention devrait se porter davantage sur les espaces que sur le fait de mettre le feu. «Il y a toujours eu du feu. L’utilisation du feu pour l’agriculture sur brulis kanak est pratiquée depuis très longtemps, rappelle-t-elle. L’usage du feu pour ouvrir des espaces d’élevage a eu son utilité durant la colonisation. Mais ça a créé des espaces plus sensibles. Il faut vraiment comprendre ce qui se passe sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie. Par exemple, la côte Ouest connaît plus d’incendies de grande ampleur.» 
 
Départs de feu dans la forêt de pinus à Colnett, Pouébo. septembre 2019
Départs de feu dans la forêt de pinus à Colnett, Pouébo. ©Nadine Goapana / NC la 1ere
 

Contre le pinus, les sensitives, les fourmis électriques...

Les feux brulent plus, et plus facilement, à cause des espèces invasives introduites. A Bopope, par exemple, le feu est mis pour limiter l’avancée des pinus, car il y a moins de terres disponibles pour les champs. Certains y ont recours pour détruire les sensitives et les fourmis électriques, chasser, cultiver. 
 

On voit bien que les différentes mesures, jusqu'à maintenant, ne marchent pas. Ce travail nous oblige surtout à voir les choses autrement.
- Van Duong Dang, province Nord

 

Faire évoluer les réglementations

Cette thèse commanditée par la province Nord en 2010, pour mieux comprendre la problématique, change des points de vue sur le sujet. Elle montre qu’il faut faire évoluer les règlementations, retient Van Duong Dang, chef du service des milieux et ressources terrestres à la DDEE, la direction provinciale du Développement économique et de l'environnement.
 

Encore à Nouméa et Koné 

Marie Toussaint a prévu trois conférences sur ses travaux liés aux feux. Après Poindimié mardi, ce sera le mercredi 11 septembre au centre culturel Tjibaou de Nouméa et le jeudi 12 septembre à Koné.
Publicité