Ponérihouen mise sur les mini-marchés solidaires

agriculture ponérihouen
Mini-marchés
©Marguerite Poigoune
Installés en bord de route, ces petits marchés ont émaillé la commune, de Tiakan à Monéo, pendant ce long week-end férié. Une alternative pour écouler les produits du terroir, alors que plusieurs événements ont été annulés. 
Faire de l’économie de proximité, c’est l’objectif des mini-marchés solidaires. Organisé du 11 au 13 juillet, à Ponérihouen, par la Fédération des femmes de la commune, l’événement entamait sa troisième édition.
Pour l’occasion, des petits marchés ont été montés en bord de route, entre Tiakan et Monéo. Les habitants des tribus ont saisi l’occasion pour écouler leurs produits, alors que le calendrier a été chamboulé cette année, en raison du Covid-19. 
La fête communale de l’igname a été annulée et les mariages reportés à l’an prochain. Résultat : les produits n’ont pas pu être vendus ou utilisés pour les coutumes. 
Mini-marchés
©Marguerite Poigoune

Au plus proche du producteur 

Dans les stands, on pouvait trouver de multiples exemples de savoir-faire locaux comme la vannerie et la sculpture. A l’un des petits marchés de Mou, Adèle et sa famille ont proposé des produits variés : « des ignames, des paquets de café, des barquettes de poulpes… »
Même lors du dernier jour des mini-marchés solidaires ce lundi, les visiteurs ont font la tournée, comme Edeline qui est venue de Koné et repart avec « la benne remplie de fleurs ». 
 

Un rendez-vous à pérenniser 

Vendre ses produits chez soi, plutôt que de faire une longue route jusqu’à Nouméa : c’est ce qui a poussé la Fédération des femmes à mettre en place cet événement. Les deux premières éditions de marchés solidaires se sont déroulées au local des femmes à la tribu de Néouta, suite à la mise en place de l’association FEES (Femmes Entraide Économique et Solidaire). Les minis marchés solidaires ont rencontré un vif succès. Les stands ont dû être ravitaillés plusieurs fois de produits à cause du succès rencontrés auprès des marchés. Des concours ont aussi été mis en place.
Marie Pouyé, présidente de l’association de la tribu de l’Embouchure, dresse un bilan encourageant.

ITW Marie Pouye

En fonction du retour de la population, les organisateurs des mini-marchés solidaires pourraient renouveler l’opération l’an prochain.

Le reportage de Marguerite Poigoune

Reportage mini-marchés




 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live