nouvelle calédonie
info locale

Congrès : le projet de réforme de l'impôt sur le revenu

pouébo
impôts 26/11/14
©NC 1ère
Le projet de réforme de l'impôt sur le revenu des personnes physiques - IRPP - le deuxième grand chantier fiscal de l’agenda partagé, sera examiné cet après-midi par les élus du Congrès.
A quels changements doivent s’attendre les contribuables ?

Cette refonte de l’impôt sur le revenu a été validée par le Conseil d’Etat, en octobre dernier, et devrait être voté, aujourd’hui, pour une application, en 2017. 
 

Redonner du pouvoir d’achat aux classes moyennes 

C’est l’objectif annoncé par Philippe Dunoyer, membre du gouvernement en charge du budget et de la fiscalité.

Les classes moyennes
Les classes moyennes vont dépenser leur argent  en Calédonie, au contraire des classes les plus aisées, qui le dépensent à l’étranger. Ce sont aussi les classes moyennes qui seront les plus imposées.
Elles devraient rapporter plus de 1 milliard supplémentaire dans les caisses du gouvernement, dès l’année prochaine.
 
La tranche moyenne, des contribuables calédoniens, se situe entre 150 000 et 500 000 francs mensuels, par foyer.
Elle devrait, elle, voir son impôt baisser de 25% en moyenne.
 


Les classes aisées : un plafonnement abaissé à 300 000 FCFP

La réforme prévoit le plafonnement à 300 000 francs de la réduction d’impôt pouvant découler d’une demi-part supplémentaire au titre d’un enfant.
Un système qui pénalise les foyers à revenus élevés, pour lesquels une demi-part peut représenter jusqu’à 800 000 francs de déduction d’impôt.
Mais qui doit alléger l’impôt des foyers à revenus moyens. 

L'élargissement des charges déductibles
Egalement au menu de cette réforme : l’élargissement des charges déductibles , comme les salaires des aides à domicile, des gens de maison, des frais de garde ou encore des travaux verts et de sécurité pour les logements.
L'objectif affiché : stimuler l’embauche. 
 
Les critiques
Parmi les critiques émises par Les Républicains :  les classes dites "supérieures" commencent à des seuils relativement bas, c’est-à-dire, où l’on est encore bien loin d’être riche.
Et celui que le nombre de foyers imposables passe de 64 000 à 51 000. 

Publicité