A Poum, le personnel du Relais de Poingam va relancer le gîte fermé depuis Noël

tourisme poum
Mobilisation, à Poum, pour la réouverture du Relais de Poingam
Les anciens employés du Relais de Poingam rassemblés à l'entrée du gîte, à Poum. ©DR
Les anciens salariés du Relais de Poingam sont mobilisés pour rouvrir les lieux, fermés à Noël, après une série de vols. Ils comptent monter une nouvelle société pour permettre la reprise d'activité de cet établissement touristique réputé de l'extrême Nord de la Nouvelle-Calédonie.

C’est une institution dans le Grand Nord et pourtant, le Relais de Poingam, à Poum, reste portes closes, depuis bientôt deux mois, après une série de vols. Mais la situation devrait changer. Le personnel a décidé de prendre les choses en main et de monter une société pour reprendre le gîte.

Un impératif économique pour les habitants de Poum

Après une série de vols, la direction a décidé de fermer l’établissement, dimanche 26 décembre, et a demandé sa liquidation judiciaire. Désormais, pour Yvani Boula, ancienne employée, il s’agit de faire revivre ce moteur économique de la région. "C'est l'une des premières structures touristiques de la commune, l'hôtel Malabou beach est arrivé après, et cela fait plus de 30 ans qu'il est là", rappelle-t-elle.

disparition gîte de poingam
Un bungalow du Relais de Poingam, célèbre établissement de Poum, a été cambriolé, la semaine dernière. ©NC 1ère

La relance du Relais de Poingam est une nécessité pour de nombreux foyers de l'extrême Nord, dont l'activité dépend de cette structure touristique. "Cela fait vivre beaucoup de familles. Non seulement les employé(e)s qui y travaillent, mais également des partenaires agriculteurs et artisans, nos pêcheurs, etc. Il n'y a pas que nous, même si nous avons perdu nos emplois. D'une certaine manière, c'est également leur gagne-pain", explique Yvani Boula.

Ecoutez cette ancienne employée, au micro de Mathieu Ruiz Barraud :

Une initiative soutenue par la mairie

Les anciens employés du Relais de Poingam sont soutenus, dans leur démarche, par la mairie de Poum. La commune doit les aider à monter la société et va les accompagner dans leur recherche de partenaires. Récemment, la mairie a conclu une convention de financement avec la Société Le Nickel et la Sonarep.

Une cellule doit être mise en place pour soutenir les acteurs de la commune et les porteurs de projets liés à l'économie bleue et l'économie verte. La collectivité souhaite préparer l'après nickel et entend justement soutenir "de petits projets touristiques, qui accompagneront les grandes structures qui existent ici", confirme Henriette Hmaé Tidjine, maire de Poum.

Ecoutez le première édile de Poum, au micro de Cédrick Wakahugnème :

Par ailleurs, l'auteur présumé des vols survenus au Relais de Poigam devait être jugé, aujourd'hui, au tribunal de première instance, à Nouméa. Ce matin, l'audience a finalement été renvoyée au mardi 22 février.